Ce stock d'invendus représente une valeur marchande d'environ 805,2 millions d'euros. La vente de voitures diesel devient particulièrement difficile en raison des craintes des acheteurs.

Selon l'analyse de Gocar DATA, 34.192 voitures d'occasion (29,2% du total) sont en vente depuis au moins quatre mois et près de deux concessionnaires en ligne sur trois en ont en stock. Les professionnels misent pourtant habituellement sur une rotation de leur stock de voitures dans les deux mois maximum. Cette période de quatre mois est donc "considérablement longue", en déduit le centre d'étude.

Les voitures diesel s'écoulent particulièrement difficilement pour l'instant. "Les Belges souffrent de la fameuse 'crainte du diesel' et se tournent davantage vers d'autres types de moteurs, tels que l'essence ou le LPG", poursuit Derek d'Ursel, fondateur de Gocar DATA. "Cette peur résulte d'un malentendu. Bon nombre de conducteurs pensent qu'ils ne vont plus pouvoir circuler en ville avec une voiture diesel d'occasion. Pourtant, le marché de l'occasion regorge de véhicules diesel récents qui peuvent pénétrer dans les zones à faibles émissions."

En un an, la valeur d'un même véhicule diesel a diminué de 11%, soit environ 2.000 euros. Les frais pour le maintien en stock s'accumulent également et atteignent jusqu'à 840 euros par voiture. De plus en plus de concessionnaires se tournent alors vers les autres marchés européens pour vendre les véhicules diesel, notamment l'Europe centrale et orientale, l'Espagne ainsi que le Portugal. "Les concessionnaires belges y reçoivent parfois un prix de vente plus élevé pour une voiture diesel qu'en Belgique, et la demande y est très grande", ajoute Gocar DATA.

Ce stock d'invendus représente une valeur marchande d'environ 805,2 millions d'euros. La vente de voitures diesel devient particulièrement difficile en raison des craintes des acheteurs.Selon l'analyse de Gocar DATA, 34.192 voitures d'occasion (29,2% du total) sont en vente depuis au moins quatre mois et près de deux concessionnaires en ligne sur trois en ont en stock. Les professionnels misent pourtant habituellement sur une rotation de leur stock de voitures dans les deux mois maximum. Cette période de quatre mois est donc "considérablement longue", en déduit le centre d'étude. Les voitures diesel s'écoulent particulièrement difficilement pour l'instant. "Les Belges souffrent de la fameuse 'crainte du diesel' et se tournent davantage vers d'autres types de moteurs, tels que l'essence ou le LPG", poursuit Derek d'Ursel, fondateur de Gocar DATA. "Cette peur résulte d'un malentendu. Bon nombre de conducteurs pensent qu'ils ne vont plus pouvoir circuler en ville avec une voiture diesel d'occasion. Pourtant, le marché de l'occasion regorge de véhicules diesel récents qui peuvent pénétrer dans les zones à faibles émissions." En un an, la valeur d'un même véhicule diesel a diminué de 11%, soit environ 2.000 euros. Les frais pour le maintien en stock s'accumulent également et atteignent jusqu'à 840 euros par voiture. De plus en plus de concessionnaires se tournent alors vers les autres marchés européens pour vendre les véhicules diesel, notamment l'Europe centrale et orientale, l'Espagne ainsi que le Portugal. "Les concessionnaires belges y reçoivent parfois un prix de vente plus élevé pour une voiture diesel qu'en Belgique, et la demande y est très grande", ajoute Gocar DATA.