Le segment D ne réussi plus depuis un moment aux voitures françaises. Chez Citroën, la dernière vraie limousine a été la C6, considérée par beaucoup comme la dernière vraie Citroën. Aujourd'hui, la nouvelle C5 X veut faire le lien et relancer la présence de la marque aux chevrons dans le segment statutaire des grandes berlines de luxe. La C5 X ne manque pas d'originalité et de pouvoir de séduction. Elle tente la synthèse entre l'élégance de la berline, le dynamisme du break et la posture surélevée d'un SUV, ce vaisseau reprend la plateforme EMP2, très diffusée au sein du groupe PSA. La C5 X s'étire sur 4,80 m et dispose d'un empattement de 2,78 m, ce qui la met en face de sa cousine, la Peugeot 508. Le dessin - de notre compatriote Pierre Leclercq - privilégie l'originalité, mais aussi le confort. A l'intérieur, les sièges et les suspensions à butées hydrauliques progressives garantissent les grandes attentes en la matière. Citroën promet un accueil très soigné et complètement apaisant.

L'équipement est à la hauteur des ambitions avec notamment un écran tête haute XXL, un écran tactile 12'' pour commander toutes les fonctions d'infodivertissement (certaines répondant aussi à une commande vocale "dernier cri"). Grâce à ses aides à la conduite, la C5 X revendique un statut de véhicule semi-autonome de niveau 2.

Espace, divertissement et sécurité, mais aussi bien être et détente, la C5 X doit affronter la concurrence premium allemande., GF
Espace, divertissement et sécurité, mais aussi bien être et détente, la C5 X doit affronter la concurrence premium allemande. © GF

32.000 euros, pour commencer

Quatre versions sont prévues pour les particuliers en Europe (Live, Feel, Shine et Shine Pack), ainsi qu'une version Business à l'attention des flottes d'entreprise. La française retient trois moteurs, essence et hybride (de 130 à 225 ch) toutes en boîte automatique. La voiture est déjà disponible à la commande à partie de 32.820 € en essence 130 ch, jusqu'à près de 50.000 € pour le haut de gamme hybride 225 ch.

Le segment D ne réussi plus depuis un moment aux voitures françaises. Chez Citroën, la dernière vraie limousine a été la C6, considérée par beaucoup comme la dernière vraie Citroën. Aujourd'hui, la nouvelle C5 X veut faire le lien et relancer la présence de la marque aux chevrons dans le segment statutaire des grandes berlines de luxe. La C5 X ne manque pas d'originalité et de pouvoir de séduction. Elle tente la synthèse entre l'élégance de la berline, le dynamisme du break et la posture surélevée d'un SUV, ce vaisseau reprend la plateforme EMP2, très diffusée au sein du groupe PSA. La C5 X s'étire sur 4,80 m et dispose d'un empattement de 2,78 m, ce qui la met en face de sa cousine, la Peugeot 508. Le dessin - de notre compatriote Pierre Leclercq - privilégie l'originalité, mais aussi le confort. A l'intérieur, les sièges et les suspensions à butées hydrauliques progressives garantissent les grandes attentes en la matière. Citroën promet un accueil très soigné et complètement apaisant. L'équipement est à la hauteur des ambitions avec notamment un écran tête haute XXL, un écran tactile 12'' pour commander toutes les fonctions d'infodivertissement (certaines répondant aussi à une commande vocale "dernier cri"). Grâce à ses aides à la conduite, la C5 X revendique un statut de véhicule semi-autonome de niveau 2.Quatre versions sont prévues pour les particuliers en Europe (Live, Feel, Shine et Shine Pack), ainsi qu'une version Business à l'attention des flottes d'entreprise. La française retient trois moteurs, essence et hybride (de 130 à 225 ch) toutes en boîte automatique. La voiture est déjà disponible à la commande à partie de 32.820 € en essence 130 ch, jusqu'à près de 50.000 € pour le haut de gamme hybride 225 ch.