En juin 2020, les garages avaient rouvert un mois entier après le confinement. La demande de voitures et motos neuves avait été considérable mais également celle de voitures et motos d'occasion. Les voitures neuves avaient pu être livrées de stock - la réserve de voitures neuves étant très bien fournie - et les voitures d'occasion avaient connu un "boom" incontestable.

Un an plus tard, le paysage des ventes automobiles dans notre pays a bien changé: les problèmes de production (notamment en raison de la pénurie de puces électroniques) entravent l'approvisionnement en voitures neuves et si les occasions obtiennent toujours des résultats positifs, leurs ventes commencent à marquer le pas. Les chiffres cumulés des 6 premiers mois restent toutefois plus élevés que ceux de 2020, mais par rapport à 2019 le marché du neuf est fortement en recul (sauf pour les motos et les poids lourds de plus de 12 tonnes) tandis que le marché de l'occasion demeure légèrement positif - les motos d'occasion améliorant même leur score de 22 %.

"Ces statistiques sont préoccupantes pour tout le secteur" s'inquiète Filip Rylant, porte-parole de la fédération de mobilité Traxio "et tout le monde espère que les problèmes de production et d'approvisionnement ne seront plus qu'un mauvais souvenir dès que les immatriculations redémarreront à un niveau acceptable, d'autant plus que les occasions ne gardent actuellement qu'un léger avantage par rapport à 2019 - à l'exception des motos qui continuent à cartonner."

En juin 2020, les garages avaient rouvert un mois entier après le confinement. La demande de voitures et motos neuves avait été considérable mais également celle de voitures et motos d'occasion. Les voitures neuves avaient pu être livrées de stock - la réserve de voitures neuves étant très bien fournie - et les voitures d'occasion avaient connu un "boom" incontestable. Un an plus tard, le paysage des ventes automobiles dans notre pays a bien changé: les problèmes de production (notamment en raison de la pénurie de puces électroniques) entravent l'approvisionnement en voitures neuves et si les occasions obtiennent toujours des résultats positifs, leurs ventes commencent à marquer le pas. Les chiffres cumulés des 6 premiers mois restent toutefois plus élevés que ceux de 2020, mais par rapport à 2019 le marché du neuf est fortement en recul (sauf pour les motos et les poids lourds de plus de 12 tonnes) tandis que le marché de l'occasion demeure légèrement positif - les motos d'occasion améliorant même leur score de 22 %. "Ces statistiques sont préoccupantes pour tout le secteur" s'inquiète Filip Rylant, porte-parole de la fédération de mobilité Traxio "et tout le monde espère que les problèmes de production et d'approvisionnement ne seront plus qu'un mauvais souvenir dès que les immatriculations redémarreront à un niveau acceptable, d'autant plus que les occasions ne gardent actuellement qu'un léger avantage par rapport à 2019 - à l'exception des motos qui continuent à cartonner."