En quoi rouler en deux-roues motorisé (essence ou électrique) est-il synonyme de plaisir? Il suffit de regarder un motard dont le large sourire illumine souvent son visage. C'est encore plus le cas quand il a l'opportunité de rouler sur circuit, sans crainte des radars et avec une bonne dose d'adrénaline en prime. Et pareil après un stage tout-terrain. Même pour ceux qui utilisent principalement ce moyen de transport à des fins utilitaires, un trajet à moto pour se rendre au travail est souvent un moment de détente, du moins quand il ne pleut pas fort ou que la température n'est pas trop basse.
...

En quoi rouler en deux-roues motorisé (essence ou électrique) est-il synonyme de plaisir? Il suffit de regarder un motard dont le large sourire illumine souvent son visage. C'est encore plus le cas quand il a l'opportunité de rouler sur circuit, sans crainte des radars et avec une bonne dose d'adrénaline en prime. Et pareil après un stage tout-terrain. Même pour ceux qui utilisent principalement ce moyen de transport à des fins utilitaires, un trajet à moto pour se rendre au travail est souvent un moment de détente, du moins quand il ne pleut pas fort ou que la température n'est pas trop basse. Ce plaisir ressenti peut avoir plusieurs origines. Vincent Walsh, professeur britannique spécialiste en Human Brain Research à l'University College de Londres, a mené une étude et mis en évidence trois facteurs: le plaisir offert par la sensation de vitesse ou toute sensation nouvelle, l'appartenance à un groupe social (les motards se présentent comme des individualistes mais apprécient de partager ce loisir ensemble) et le plaisir de s'améliorer en tant que conducteur. Sans oublier le sentiment de liberté mis en avant par beaucoup. Faire corps avec l'environnement est aussi également cité: en moto, vous ressentez au printemps les odeurs des premières floraisons et en été la senteur des premières gouttes de pluie tombant sur l'asphalte chaud... De ces différentes études, il est également ressorti que la conduite d'une moto produit au niveau du cerveau des substances chimiques 'euphorisantes'. Si vous négociez parfaitement un virage, vous produisez de la dopamine. Ce neurotransmetteur est actif au niveau des mécanismes de la satisfaction et du plaisir. Rouler à moto décontracte et réduit le stress tant vous êtes focalisé sur la conduite et moins sur d'autres choses (comme le boulot...). La moto représente aussi une certaine forme de rébellion. Tout le monde n'est pas motard et, dans la circulation, jusqu'à un certain point, vous n'avez plus à vous préoccuper des embouteillages. Et puis, malgré tout, la pratique de la moto ou du scooter s'accompagne d'un certain risque. Éric De Seynes, le CEO français de Yamaha Motor Europe, reconnaît ce risque. " Il faut accepter ce danger. Vous ne pouvez pas convaincre quelqu'un de rouler à moto, ni de prendre des risques, pour gagner seulement dix minutes sur le trajet entre son domicile et son lieu de travail. Ce n'est pas en soi suffisant. Mais quand vous êtes au feu rouge et que quelqu'un admire votre moto, quelque chose se passe quand vous démarrez. La moto génère une émotion positive et, à cet instant, vous acceptez le danger. Les risques, vous ne pouvez pas les accepter sur la base de simples éléments rationnels. Il faut du plaisir pour en prendre. " Ce plaisir, ils sont de plus en plus nombreux à le découvrir. En Belgique, le nombre de motos et de scooters ne cesse de croître d'année en année. Aujourd'hui, plus de 500.000 motos et scooters sont immatriculés dans notre pays. Cela ne veut pas dire qu'il y a 500.000 motards. Certains possèdent plusieurs deux-roues. Un autre indicateur de cette popularité est le nombre de permis A délivrés. La FEBIAC (la Fédération belge et luxembourgeoise de l'automobile et du cycle) a fait savoir durant l'été qu'il y avait une forte augmentation des examens théoriques en vue du permis moto. " D'après le secteur, il apparaît qu'après le confinement, le nombre d'examens a connu une progression pouvant atteindre 70%. Il y a aussi une croissance du nombre d'examens sur terrain privé (pour les 'manoeuvres') et dans la circulation. Ces augmentations atteindraient respectivement 40% et 15%. La presse a également fait écho d'une pénurie d'instructeurs pour les leçons de conduite à moto ", explique la FEBIAC. En cette année 2020 marquée par le coronavirus, la moto et le scooter n'ont rien perdu de leur popularité. Durant le confinement au printemps, le nombre de motos et scooters neufs immatriculés a connu une forte baisse. Mais dès la fin du confinement, et contrairement aux voitures, ce nombre est rapidement revenu au niveau de 2019. Deux raisons importantes expliquent cette tendance. D'abord, la moto et le scooter sont des moyens de transport individuels et constituent une solution de substitution pour éviter les transports en commun dans lesquels il faut partager avec d'autres un espace restreint. Et comme beaucoup de personnes ont dû annuler leurs vacances à l'étranger, ce budget a pu être utilisé pour d'autres 'loisirs'. La conduite d'une moto ou d'un scooter n'est plus exclusivement une affaire d'hommes. Le nombre de femmes ne cesse de croître également. Les écoles de conduite constatent une augmentation régulière du nombre de femmes venant prendre des cours en vue d'obtenir le permis moto. Elles représentent aujourd'hui de 20 à 30% des élèves. Mais en Belgique, il n'existe pas de chiffres précis sur cet engouement féminin. Certains chiffres disponibles dans d'autres pays confirment cette tendance. Aux Pays-Bas, un nouveau motard sur cinq est une femme. Entre 2014 et 2018, le nombre de femmes ayant obtenu leur permis chez nos voisins du Nord a augmenté de 40% (de 4.060 à 5.799). En Suisse, 15% des utilisateurs de motos sont des femmes. Et ce chiffre est en augmentation. Au niveau des propriétaires de scooters, le nombre de femmes est plus élevé (environ 20%). Ce sont d'ailleurs surtout des femmes de 20 à 30 ans qui optent pour le scooter, essentiellement pour des raisons de mobilité. Une étude allemande indique que le pourcentage de femmes pratiquant la moto est de 9,9%. Au niveau des jeunes de 18 à 29 ans, le pourcentage est plus élevé, à 14,4%. Quels sont les motos et les scooters les plus populaires? On associe parfois la notion de 'motard' à Harley-Davidson, l'emblématique marque américaine. Si tous les conducteurs de Harley sont des motards, tous les motards sont loin d'être des bikers roulant en Harley... Yamaha, BMW, Honda, Kawasaki et Vespa (Piaggio) sont les cinq marques enregistrant le plus d'immatriculations et représentent au total 52% de celles-ci. Les catégories les plus populaires sont les motos et scooters de 125 cc (environ 28%), les roadsters basiques (22%) et les trails (18%). Pour les jeunes de 18 et 19 ans, le passage par un 125 cc est obligatoire. Ces deux-roues motorisés peuvent - sous certaines conditions (voir encadré) - aussi être conduits par les détenteurs d'un permis B. Les scooters 125 cc sont essentiellement des solutions de mobilité et les motos 125 cc des engins de plaisir. Dans la catégorie 'basic/roadster', on retrouve une grande diversité de modèles: des monocylindres de 300 cc jusqu'à de gros 4-cylindres de 1.000 cc, des motos rétros ou des naked bikes modernes au look agressif. Leur point commun est leur simplicité avec, en gros, juste deux roues, un cadre, un réservoir et une selle. Leur prix demeure donc attractif. Ces motos peuvent aussi être utilisées très largement: petites balades, trajets quotidiens, voire de plus longs voyages, même si l'absence de protection contre le vent reste un handicap. Les trails (ou 'enduros de voyage') évoquent bien entendu les motos du Dakar. Elles disposent d'importants débattements, d'un large guidon et d'une bulle pour protéger le conducteur contre le vent et la pluie. Ces motos permettent aussi de sortir des sentiers battus mais la plupart de leurs utilisateurs se contentent de circuler sur les routes pour aller travailler, partir se balader le week-end ou effectuer de longs périples. Et toujours avec le sourire...