La petite américaine est plus ramassée et accepte des jantes de plus gros diamètre qui remplissent mieux les passages de roues. Elle se reconnaît à ses boucliers, sa calandre grillagée, son aileron et ses badges spécifiques. A bord, le volant, le pommeau de levier de vitesses et les excellents sièges baquets Recaro sont aussi les seules singularités de cett...

La petite américaine est plus ramassée et accepte des jantes de plus gros diamètre qui remplissent mieux les passages de roues. Elle se reconnaît à ses boucliers, sa calandre grillagée, son aileron et ses badges spécifiques. A bord, le volant, le pommeau de levier de vitesses et les excellents sièges baquets Recaro sont aussi les seules singularités de cette ST. Côté équipement, elle ne se contente plus du minimum syndical et offre désormais un large écran tactile, la commande vocale, le régulateur adaptatif, la reconnaissance des panneaux et le maintien de ligne actif. Sous le capot, le quatre cylindres disparaît au profit d'un trois cylindres 1,5 turbo de 200 ch. Et cette greffe est une incontestable réussite. On retrouve tout de suite les qualités de ce genre de moteur avec du dynamisme à revendre ainsi qu'une franche tendance à monter dans les tours. Un tempérament explosif rendu aussi possible grâce à une boîte manuelle aux changements rapides et précis. La Fiesta ST répond à ce que l'on attend d'une sportive. Train avant incisif, châssis neutre, suspension soigneusement réglée, motricité parfaite, elle enroule les courbes à la perfection. La présence d'un autobloquant est également un gage d'efficacité, notamment en sortie de virage. On peut accélérer à fond sans aucune perte de motricité. Mais la Fiesta ST gagne surtout en confort, sans renoncer au plaisir du pilotage. Elle s'impose, enfin, grâce à un rapport prix/équipement imbattable.