Juste avant de prendre sa retraite, la M2 se décline en version encore radicalisée : la CS, produite en série limitée. Celle-ci se distingue par de nombreux éléments en carbone (capot, toit, coques de rétroviseurs, console centrale, appendices aérodynamiques) et un moteur 3 litres poussé de 410 à 450 ch.
...

Juste avant de prendre sa retraite, la M2 se décline en version encore radicalisée : la CS, produite en série limitée. Celle-ci se distingue par de nombreux éléments en carbone (capot, toit, coques de rétroviseurs, console centrale, appendices aérodynamiques) et un moteur 3 litres poussé de 410 à 450 ch. Nous avons découvert le modèle sur le circuit de Spa- Francorchamps, où cette sportive se montre très précise. L'équilibre et l'agilité épatent, de même que la hargne du " six en ligne " qui pousse avec force et en musique jusqu'à 7.600 tr/min. Ce moteur est couplé de série à une boîte 6 manuelle, mais on vous conseille la boîte robotisée à 7 rapports et double embrayage (4.070 euros), plus rapide. Seuls les freins ont pris un coup de chaud sur le tobogan ardennais. Si vous êtes adeptes des sorties sur piste, mieux vaut opter pour les disques en carbone- céramique (8.050 euros). Sur la route, malgré l'amortissement piloté de série, cette M2 CS a les articulations plutôt fermes et les bruits de roulement sont assez marqués. Mais ce coupé est parfaitement utilisable au quotidien, grâce au coffre décent et aux deux places arrière, qui offrent un espace aux jambes correct mais une garde au toit limitée. Côté tarif, cette M2 CS coûte... 31.150 euros de plus que la M2 Competition (410 ch) qui est, certes, un brin moins rapide mais tout aussi ludique. Si la CS est si chère, c'est parce qu'elle cultive la rareté avec seulement 2.200 exemplaires dans le monde, dont 131 pour le marché Belux où presque tous ont déjà trouvé preneur. Quant à la prochaine génération du coupé Série 2, elle est attendue l'an prochain et devrait tou-jours être mue par les roues arrière. Ouf !