Apparue en 2011 sous le nom de Fisker Karma, puis devenue Revero GT en 2016, la berline est depuis peu devenue la GS-6. Elle conserve le design percutant de ses débuts, cette silhouette basse et élancée très reconnaissable. Comme Tesla, Karma est une société basée en Californie et profite donc de la réputation high-tech de sa région d'origine. Cela dit, Karma n'a pas connu la réussite de Tesla (les moyens n'étaient pas comparables), les déboires économiques furent rudes, mais aujourd'hui le projet motive toujours un noyau de passionnés et d'investisseurs. La Karma GS-6 reste fidèle à son principe de propulsion électrique à prolongateur d'autonomie. Ce dernier est un petit trois cylindres de 1,5 litre qui sert à alimenter les deux moteurs électriques. Dans son mode le plus puissant, l'ensemble développe 540 ch et 745 Nm.

580 kilomètres

L'autonomie purement électrique est de 130 km, mais grâce aux réserves d'essence, la voiture peut encore parcourir 450 km avant la panne sèche. La berline de standing devrait être commercialisée dans les prochains mois et l'importateur aux Pays-Bas, dont dépend la structure belge, confirme sa commercialisation aussi en Belgique, comme c'était d'ailleurs le cas des autres Karma depuis la Fisker de 2011. Si l'on n'en croise pas très souvent sur nos routes, quelques dizaines d'exemplaires circuleraient en Belgique. Aux USA, la version d'entrée de gamme de la GS-6 coûterait 69.000 euros, les candidats espèrent donc un prix belge peu éloigné. Karma Automotive annonce déjà une version 100% électriques et un SUV.

Si l'extérieur vieillit plutôt bien, c'est moins le cas de l'habitacle, resté très conventionnel, GF
Si l'extérieur vieillit plutôt bien, c'est moins le cas de l'habitacle, resté très conventionnel © GF
Apparue en 2011 sous le nom de Fisker Karma, puis devenue Revero GT en 2016, la berline est depuis peu devenue la GS-6. Elle conserve le design percutant de ses débuts, cette silhouette basse et élancée très reconnaissable. Comme Tesla, Karma est une société basée en Californie et profite donc de la réputation high-tech de sa région d'origine. Cela dit, Karma n'a pas connu la réussite de Tesla (les moyens n'étaient pas comparables), les déboires économiques furent rudes, mais aujourd'hui le projet motive toujours un noyau de passionnés et d'investisseurs. La Karma GS-6 reste fidèle à son principe de propulsion électrique à prolongateur d'autonomie. Ce dernier est un petit trois cylindres de 1,5 litre qui sert à alimenter les deux moteurs électriques. Dans son mode le plus puissant, l'ensemble développe 540 ch et 745 Nm. L'autonomie purement électrique est de 130 km, mais grâce aux réserves d'essence, la voiture peut encore parcourir 450 km avant la panne sèche. La berline de standing devrait être commercialisée dans les prochains mois et l'importateur aux Pays-Bas, dont dépend la structure belge, confirme sa commercialisation aussi en Belgique, comme c'était d'ailleurs le cas des autres Karma depuis la Fisker de 2011. Si l'on n'en croise pas très souvent sur nos routes, quelques dizaines d'exemplaires circuleraient en Belgique. Aux USA, la version d'entrée de gamme de la GS-6 coûterait 69.000 euros, les candidats espèrent donc un prix belge peu éloigné. Karma Automotive annonce déjà une version 100% électriques et un SUV.