Selon un principe bien connu de parcours économique (type éco-run), l'importateur a souhaité mettre en avant le nombre de kilomètres "zéro émission" pouvant être parcourus par le Kuga Plug-in Hybride à partir des seules réserves d'électricité stockées dans sa batterie. L'exercice allait également permettre de constater la quantité d'énergie récupérée lors des freinages, décélérations et phases de "roue libre" (c'est-à-dire lorsque l'on accélère pas, en descente par exemple). L'essai a été proposé à 4 membres de la presse spécialisée qui se sont succédé au cours de la même semaine, dans des conditions météorologiques comparables, au volant de la même Ford Kuga PHEV. Le parcours mixte, identique pour tous les participants comptait 100 kilomètres, de Bruxelles à Lokeren et retour en passant par le centre de Dendermonde. Chaque journaliste était accompagné d'un représentant de Ford, garantissant le respect du parcours et un type de conduite adapté. Détail pointu, la masse du Kuga PHEV a systématiquement été égalisée à l'aide de poids, en tenant compte du gabarit du journaliste et du passager. La pression des pneus était également identique. Chaque journaliste disposait d'un maximum de 2h30 pour parcourir les 100 kilomètres du trajet préétabli en étant libre d'utiliser les différents modes de conduite à sa guise.

77 km, au moins

Premier constat, tous les journalistes ont atteint et (bien) dépassé l'autonomie théorique promise par Ford, c'est-à-dire 56 km. Ils ont en réalité fait beaucoup mieux : 77,8 km pour le moins performant et 81,6 pour le plus appliqué. Sans surprise, ce niveau est atteint en adoptant une conduite souple, anticipative et en utilisant la fonction de récupération intensive de l'énergie au freinage. La vitesse moyenne pendant l'exercicea été, globalement, de 45 km/h, soit un rythme de déplacement urbain. En d'autres mots, ceci montre que les acheteurs d'un Kuga hybride rechargeable pourraient ne jamais - ou rarement - avoir besoin des réserves d'essence de leur voiture et donc réaliser de belles économies sur la durée de vie du véhicule (ou en tout cas compenser le surcoût de la version PHEV par rapport à des moteurs traditionnels). D'un point de vue plus global, si une majorité de conducteurs adoptait un tel rythme, la qualité de l'air en ville serait évidemment bénéficiaire.

Selon un principe bien connu de parcours économique (type éco-run), l'importateur a souhaité mettre en avant le nombre de kilomètres "zéro émission" pouvant être parcourus par le Kuga Plug-in Hybride à partir des seules réserves d'électricité stockées dans sa batterie. L'exercice allait également permettre de constater la quantité d'énergie récupérée lors des freinages, décélérations et phases de "roue libre" (c'est-à-dire lorsque l'on accélère pas, en descente par exemple). L'essai a été proposé à 4 membres de la presse spécialisée qui se sont succédé au cours de la même semaine, dans des conditions météorologiques comparables, au volant de la même Ford Kuga PHEV. Le parcours mixte, identique pour tous les participants comptait 100 kilomètres, de Bruxelles à Lokeren et retour en passant par le centre de Dendermonde. Chaque journaliste était accompagné d'un représentant de Ford, garantissant le respect du parcours et un type de conduite adapté. Détail pointu, la masse du Kuga PHEV a systématiquement été égalisée à l'aide de poids, en tenant compte du gabarit du journaliste et du passager. La pression des pneus était également identique. Chaque journaliste disposait d'un maximum de 2h30 pour parcourir les 100 kilomètres du trajet préétabli en étant libre d'utiliser les différents modes de conduite à sa guise. Premier constat, tous les journalistes ont atteint et (bien) dépassé l'autonomie théorique promise par Ford, c'est-à-dire 56 km. Ils ont en réalité fait beaucoup mieux : 77,8 km pour le moins performant et 81,6 pour le plus appliqué. Sans surprise, ce niveau est atteint en adoptant une conduite souple, anticipative et en utilisant la fonction de récupération intensive de l'énergie au freinage. La vitesse moyenne pendant l'exercicea été, globalement, de 45 km/h, soit un rythme de déplacement urbain. En d'autres mots, ceci montre que les acheteurs d'un Kuga hybride rechargeable pourraient ne jamais - ou rarement - avoir besoin des réserves d'essence de leur voiture et donc réaliser de belles économies sur la durée de vie du véhicule (ou en tout cas compenser le surcoût de la version PHEV par rapport à des moteurs traditionnels). D'un point de vue plus global, si une majorité de conducteurs adoptait un tel rythme, la qualité de l'air en ville serait évidemment bénéficiaire.