Le nom DS fait évidemment référence aux prestigieux modèles Citroën des années 60 et 70. Une époque où la marque française était une référence dans le domaine de l'innovation technologique et du design. Grand patron de PSA, Carlos Tavares veut faire à nouveau vibrer cette corde. Et en offrant à DS le label d'une marque de luxe, il veut attirer des clients fidèles aux marques allemandes premium et accroître sensiblement les parts de marché du groupe automobile français en Europe et en Chine.

Ce n'est pas un hasard si le groupe vise la Chine. Le constructeur chinois Dongfeng est un actionnaire important de PSA. Le marché asiatique possède également un énorme potentiel de croissance. Si DS parvient à y créer le buzz autour du concept du 'made in France', l'avenir de Carlos Tavares sera assuré. Aujourd'hui déjà, 60 % environ des acheteurs de DS sont de nouveaux clients à la recherche d'un intérieur luxueux, d'une finition raffinée et d'un comportement routier confortable. Autant de qualités que l'on retrouve sur le nouveau DS7 Crossback.

COCKPIT D'AVION

Le premier contact s'avère, d'ores et déjà, une réussite. Lorsque vous déverrouillez les portières à distance, trois modules LED se déploient de chaque côté et pivotent sur leur axe. La technologie d'éclairage intelligente permet également aux projecteurs de pivoter dans les virages et de s'adapter à la vitesse ainsi qu'aux conditions météorologiques.

Dans l'habitacle, le regard est directement attiré vers le grand écran central sous lequel divers raccourcis donnent directement accès au menu désiré. La console centrale fait penser à un cockpit d'avion. Raffinement et technologie moderne sont étroitement liés. Le sigle triangulaire DS est subtilement intégré à l'habitacle. Alliant qualité et confort, cuir et alcantara se montrent omniprésents.

Avec sa longueur de 4,57 m, le DS7 Crossback ne passe pas inaperçu. Offrant une très généreuse habitabilité pour 5 passagers adultes et leurs bagages, il possède un coffre de 555 l. Un volume qui peut être porté à 1.752 l, un chiffre supérieur à la moyenne du segment.

UNE LUMIÈRE AU BOUT DU TUNNEL

Et sur la route ? Le DS7 Crossback repose sur la même plate-forme que le 3008 de Peugeot, faisant appel aux composants techniques du groupe. Un choix intelligent qui permet de contenir les coûts. Le 2 litres 4-cylindres turbodiesel de 180 ch se révèle surtout économique. La boîte automatique à 8 rapports est parfaite. Une fois parvenu à température, le BlueHDI 180 se distingue par sa souplesse et son faible niveau sonore.

Pour le plus grand plaisir de tous, le nouveau DS7 Crossback permet à la marque d'apercevoir une lumière au bout du tunnel. Peut-être les Français vont-ils devoir ériger bientôt une statue en l'honneur du patron portugais du groupe PSA ?

Le nom DS fait évidemment référence aux prestigieux modèles Citroën des années 60 et 70. Une époque où la marque française était une référence dans le domaine de l'innovation technologique et du design. Grand patron de PSA, Carlos Tavares veut faire à nouveau vibrer cette corde. Et en offrant à DS le label d'une marque de luxe, il veut attirer des clients fidèles aux marques allemandes premium et accroître sensiblement les parts de marché du groupe automobile français en Europe et en Chine. Ce n'est pas un hasard si le groupe vise la Chine. Le constructeur chinois Dongfeng est un actionnaire important de PSA. Le marché asiatique possède également un énorme potentiel de croissance. Si DS parvient à y créer le buzz autour du concept du 'made in France', l'avenir de Carlos Tavares sera assuré. Aujourd'hui déjà, 60 % environ des acheteurs de DS sont de nouveaux clients à la recherche d'un intérieur luxueux, d'une finition raffinée et d'un comportement routier confortable. Autant de qualités que l'on retrouve sur le nouveau DS7 Crossback. Le premier contact s'avère, d'ores et déjà, une réussite. Lorsque vous déverrouillez les portières à distance, trois modules LED se déploient de chaque côté et pivotent sur leur axe. La technologie d'éclairage intelligente permet également aux projecteurs de pivoter dans les virages et de s'adapter à la vitesse ainsi qu'aux conditions météorologiques. Dans l'habitacle, le regard est directement attiré vers le grand écran central sous lequel divers raccourcis donnent directement accès au menu désiré. La console centrale fait penser à un cockpit d'avion. Raffinement et technologie moderne sont étroitement liés. Le sigle triangulaire DS est subtilement intégré à l'habitacle. Alliant qualité et confort, cuir et alcantara se montrent omniprésents. Avec sa longueur de 4,57 m, le DS7 Crossback ne passe pas inaperçu. Offrant une très généreuse habitabilité pour 5 passagers adultes et leurs bagages, il possède un coffre de 555 l. Un volume qui peut être porté à 1.752 l, un chiffre supérieur à la moyenne du segment. Et sur la route ? Le DS7 Crossback repose sur la même plate-forme que le 3008 de Peugeot, faisant appel aux composants techniques du groupe. Un choix intelligent qui permet de contenir les coûts. Le 2 litres 4-cylindres turbodiesel de 180 ch se révèle surtout économique. La boîte automatique à 8 rapports est parfaite. Une fois parvenu à température, le BlueHDI 180 se distingue par sa souplesse et son faible niveau sonore. Pour le plus grand plaisir de tous, le nouveau DS7 Crossback permet à la marque d'apercevoir une lumière au bout du tunnel. Peut-être les Français vont-ils devoir ériger bientôt une statue en l'honneur du patron portugais du groupe PSA ?