Les chiffres ne mentent pas: avec son moteur boxer, la R 1250 GS de BMW est la moto la plus vendue dans notre pays. En 2019, elle et sa version encore plus extrême, la R 1250 GS Adventure, représentaient plus de 5% des immatriculations de motos et scooters neufs. Au cours de la période comprise entre janvier et octobre 2020, les 5% étaient de nouveau atteints. Les modèles antérieurs, qu'il s'agisse de la R 1100 GS, de la R 1150 GS et de la R 1200 GS, ont également connu un énorme succès.
...

Les chiffres ne mentent pas: avec son moteur boxer, la R 1250 GS de BMW est la moto la plus vendue dans notre pays. En 2019, elle et sa version encore plus extrême, la R 1250 GS Adventure, représentaient plus de 5% des immatriculations de motos et scooters neufs. Au cours de la période comprise entre janvier et octobre 2020, les 5% étaient de nouveau atteints. Les modèles antérieurs, qu'il s'agisse de la R 1100 GS, de la R 1150 GS et de la R 1200 GS, ont également connu un énorme succès. Avec la GS, BMW a inventé le segment des 'enduros de voyage' au look évoquant le célèbre rallye Paris-Dakar. Avec ce genre de moto, une équipée en dehors des sentiers battus se révèle parfaitement envisageable. Leur position de conduite confortable et leur large guidon font qu'elles sont aussi tout à fait taillées pour une escapade d'un week-end ou un long voyage. Au début de ce siècle, les acteurs britanniques Ewan McGregor et Charley Boorman avaient d'ailleurs porté leur choix sur des GS avec leur bicylindre à plat pour leurs périples The Long Way Round (de Londres à New York via l'Europe et l'Asie) et The Long Way Down (de Londres au Cap). BMW présenta la toute première GS, la R 80 G/S, au salon IFMA de Cologne en septembre 1980. Cette moto avait pour vocation de faire à nouveau de BMW une marque 'sexy'. Dans les années 1970, la branche deux-roues du constructeur allemand n'était pas au mieux de sa forme. Le département de design lança alors un projet avec à l'esprit les voitures tout-chemin de luxe qui commençaient alors à se développer, les fameux SUV de luxe. Ce nouveau concept, BMW devait l'intégrer sur deux-roues. La moto imaginée devait " posséder un caractère tout-chemin et tout-terrain universel, susciter des émotions et être fonctionnelle ". Elle devait aussi répondre aux exigences de raffinement des produits siglés BMW. Un mélange équilibré entre 'capacités et apparence', avec un usage audacieux des couleurs. Sur la base de la R 80 à moteur bicylindre boxer (de 800 cm3), BMW développa la première R 80 G/S, les lettres G/S signifiant 'Gelände/Strasse' ('terrain/route'). Au début, la presse spécialisée se montra sceptique vis-à-vis de cette R 80 G/S. Mais lorsque les journalistes purent l'essayer, ils furent tout de suite conquis. Le magazine allemand 'Das Motorrad' écrivit même qu'il s'agissait de " la meilleure moto de route jamais produite par BMW ". En tout-terrain, la G/S se révélait plus facile à utiliser que ce que les esprits chagrins avaient prévu. Cette R 80 G/S tapa tout de suite dans le mille. Fin 1981, après un peu plus d'une année de production, pas moins de 6.631 G/S étaient déjà sorties des lignes d'assemblage. Le double du volume initialement prévu. Et cette année-là, une BMW vendue sur cinq était une G/S. Les succès engrangés par la R 80 G/S au Paris-Dakar (victoires en 1981 et 1983, mais aussi avec notre compatriote Gaston Rahier en 1984 et 1985) allaient poser les bases de la réputation légendaire de la GS.