Le dossier dure depuis plus de 10 ans. Les premiers arrêtés royaux instituant la fonction d'audit interne ont en effet été rédigés en 2002, sans jamais être mis en oeuvre. En 2007, de nouveaux arrêtés royaux sont écrits, mais à nouveau les choses traînent. Le gouvernement ne s'est toujours pas prononcé sur l'organisation même des activités d'audit interne (faut-il un service d'audit interne au sein de chaque administration ou plutôt un service partagé pour l'ensemble des 22 administrations?), ressort-il ainsi du courrier adressé au Premier ministre. Philippe Roland relève en outre qu'Elio Di Rupo n'a toujours pas remplacé deux membres démissionnaires du Comité d'audit alors qu'il avait été prévenu de leur départ fin février 2012 et qu'il devait, réglementairement, procéder à leur remplacement dans un délai de 4 mois. Dans les couloirs de la Cour des comptes, on attribue ces lenteurs répétées à la mauvaise volonté de certains ministres et/ou de fonctionnaires dirigeants qui ne verraient pas d'un bon oeil l'instauration d'un audit interne indépendant. Le cabinet du ministre de la Fonction publique Hendrik Bogaert assure, quant à lui, qu'"une initiative sera prise avant l'été". (Belga)

Le dossier dure depuis plus de 10 ans. Les premiers arrêtés royaux instituant la fonction d'audit interne ont en effet été rédigés en 2002, sans jamais être mis en oeuvre. En 2007, de nouveaux arrêtés royaux sont écrits, mais à nouveau les choses traînent. Le gouvernement ne s'est toujours pas prononcé sur l'organisation même des activités d'audit interne (faut-il un service d'audit interne au sein de chaque administration ou plutôt un service partagé pour l'ensemble des 22 administrations?), ressort-il ainsi du courrier adressé au Premier ministre. Philippe Roland relève en outre qu'Elio Di Rupo n'a toujours pas remplacé deux membres démissionnaires du Comité d'audit alors qu'il avait été prévenu de leur départ fin février 2012 et qu'il devait, réglementairement, procéder à leur remplacement dans un délai de 4 mois. Dans les couloirs de la Cour des comptes, on attribue ces lenteurs répétées à la mauvaise volonté de certains ministres et/ou de fonctionnaires dirigeants qui ne verraient pas d'un bon oeil l'instauration d'un audit interne indépendant. Le cabinet du ministre de la Fonction publique Hendrik Bogaert assure, quant à lui, qu'"une initiative sera prise avant l'été". (Belga)