La réduction des effectifs se fera par le non-remplacement des départs à la retraite en cinq ans. Elle est jugée nécessaire en raison de la hausse considérable des coûts en personnel passés de 57 millions d'euros en 2003 à 88 millions en 2013. Bruges veut au moins stabiliser cette charge en ne remplaçant pas les 243 personnes qui partiront à la retraite entre 2014 et 2018. Bruges entend par ailleurs poursuivre la politique d'investissements qu'elle mène, avec un budget moyen de 37,4 millions d'euros. Le CPAS et la zone de police recevront des moyens supplémentaires, sans prélever de nouvel impôt auprès des habitants. Les taxes sur la deuxième résidence et les immeubles vides seront cependant augmentées. (Belga)

La réduction des effectifs se fera par le non-remplacement des départs à la retraite en cinq ans. Elle est jugée nécessaire en raison de la hausse considérable des coûts en personnel passés de 57 millions d'euros en 2003 à 88 millions en 2013. Bruges veut au moins stabiliser cette charge en ne remplaçant pas les 243 personnes qui partiront à la retraite entre 2014 et 2018. Bruges entend par ailleurs poursuivre la politique d'investissements qu'elle mène, avec un budget moyen de 37,4 millions d'euros. Le CPAS et la zone de police recevront des moyens supplémentaires, sans prélever de nouvel impôt auprès des habitants. Les taxes sur la deuxième résidence et les immeubles vides seront cependant augmentées. (Belga)