Une marge de sécurité vis-à-vis d'éventuelles requalifications de dépenses par l'Institut des comptes nationaux (ICN), diverses provisions (index, abaissement éventuel de la note de la Wallonie, hausse des taux d'intérêt) et des estimations prudentes de recettes (vente du réseau de fibre optique, produit des taxes sur les automates et les déchets), etc, justifient ce montant, selon le ministre cdH. Si le fédéral n'avait rien demandé aux Régions en juillet dernier sur la compensation "navetteurs" pour Bruxelles, la participation à l'assainissement budgétaire et l'anticipation du retour à l'équilibre budgétaire à 2014 au lieu de 2015, la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles disposeraient d'une souplesse de 260 millions d'euros, a calculé M. Antoine. "La magie n'existe pas, il n'y a que de l'adresse", a-t-il répondu à l'opposition MR qui l'accusait d'user de trucs et astuces. Le ministre a illustré son exposé de nombreuses statistiques provenant essentiellement d'instances non régionales, afin d'éviter tout reproche de partialité. "Lorsque tombent les sanctions de la Commission européenne, de l'ICN, de Moody's, etc, tous concluent qu'on a été au rendez-vous et que l'on a même fait mieux", a-t-il martelé, demandant aux réformateurs de reconnaître la réalité des chiffres, par "correction mutuelle". Pierre-Yves Jeholet (MR) a critiqué la multitudes de chiffres présentés en l'absence selon lui de perspectives et de priorités, ce que M. Antoine a réfuté. Le député a aussi pointé du doigt l'habitude qu'il attribue à André Antoine de "taper sur le fédéral" et de faire preuve d'euphorie par rapport aux réalités de terrain. (Belga)

Une marge de sécurité vis-à-vis d'éventuelles requalifications de dépenses par l'Institut des comptes nationaux (ICN), diverses provisions (index, abaissement éventuel de la note de la Wallonie, hausse des taux d'intérêt) et des estimations prudentes de recettes (vente du réseau de fibre optique, produit des taxes sur les automates et les déchets), etc, justifient ce montant, selon le ministre cdH. Si le fédéral n'avait rien demandé aux Régions en juillet dernier sur la compensation "navetteurs" pour Bruxelles, la participation à l'assainissement budgétaire et l'anticipation du retour à l'équilibre budgétaire à 2014 au lieu de 2015, la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles disposeraient d'une souplesse de 260 millions d'euros, a calculé M. Antoine. "La magie n'existe pas, il n'y a que de l'adresse", a-t-il répondu à l'opposition MR qui l'accusait d'user de trucs et astuces. Le ministre a illustré son exposé de nombreuses statistiques provenant essentiellement d'instances non régionales, afin d'éviter tout reproche de partialité. "Lorsque tombent les sanctions de la Commission européenne, de l'ICN, de Moody's, etc, tous concluent qu'on a été au rendez-vous et que l'on a même fait mieux", a-t-il martelé, demandant aux réformateurs de reconnaître la réalité des chiffres, par "correction mutuelle". Pierre-Yves Jeholet (MR) a critiqué la multitudes de chiffres présentés en l'absence selon lui de perspectives et de priorités, ce que M. Antoine a réfuté. Le député a aussi pointé du doigt l'habitude qu'il attribue à André Antoine de "taper sur le fédéral" et de faire preuve d'euphorie par rapport aux réalités de terrain. (Belga)