Georges Gilkinet l'avait notamment interrogée sur les démarches actuellement entreprises, un éventuel déménagement du personnel, les mesures de sécurisation à court terme et la généralisation de la présence d'amiante. Pour répondre à ces questions, la ministre est en lien avec la Régie des bâtiments, propriétaire des lieux. Elle confirme que celle-ci fera procéder en urgence au traitement nécessaire pour "encapsuler" l'amiante où sa présence est suspectée. Dans les inventaires dressés par la Régie des bâtiments, la présence d'amiante était seulement signalée de manière ponctuelle dans les caves, pièces calorifuges et chaufferie. "Ces pièces ont été traitées soit par encapsulage soit par enlèvement", indique-t-elle. Après le contrôle du SPF Emploi, une forte suspicion d'exposition à l'amiante a été soulevée au sein des greffes correctionnel et civil au niveau du revêtement de sol. Cela concerne treize membres du personnel. Pour confirmer ou infirmer scientifiquement cette suspicion, des analyses sont en cours, ajoute la ministre. Après une première intervention en urgence, il faudra traiter le fond du problème et trouver une solution pérenne pour le renouvellement complet du revêtement de sol, promet Annemie Turtelboom. Pour libérer les locaux temporairement, un "espace tampon" a été trouvé: des modules seront disposés ces prochaines semaines place du Palais de justice. Le personnel concerné devrait y rester deux mois. (Belga)

Georges Gilkinet l'avait notamment interrogée sur les démarches actuellement entreprises, un éventuel déménagement du personnel, les mesures de sécurisation à court terme et la généralisation de la présence d'amiante. Pour répondre à ces questions, la ministre est en lien avec la Régie des bâtiments, propriétaire des lieux. Elle confirme que celle-ci fera procéder en urgence au traitement nécessaire pour "encapsuler" l'amiante où sa présence est suspectée. Dans les inventaires dressés par la Régie des bâtiments, la présence d'amiante était seulement signalée de manière ponctuelle dans les caves, pièces calorifuges et chaufferie. "Ces pièces ont été traitées soit par encapsulage soit par enlèvement", indique-t-elle. Après le contrôle du SPF Emploi, une forte suspicion d'exposition à l'amiante a été soulevée au sein des greffes correctionnel et civil au niveau du revêtement de sol. Cela concerne treize membres du personnel. Pour confirmer ou infirmer scientifiquement cette suspicion, des analyses sont en cours, ajoute la ministre. Après une première intervention en urgence, il faudra traiter le fond du problème et trouver une solution pérenne pour le renouvellement complet du revêtement de sol, promet Annemie Turtelboom. Pour libérer les locaux temporairement, un "espace tampon" a été trouvé: des modules seront disposés ces prochaines semaines place du Palais de justice. Le personnel concerné devrait y rester deux mois. (Belga)