Les mères qui proposent leur lait "peuvent prendre des médicaments ou des drogues, avoir des maladies transmissibles comme le Sida ou une hépatite", a affirmé le président de la Fédération, Wolfram Hartmann, cité dans un communiqué. "Personne ne peut contrôler si ce lait maternel étranger est sans risque pour son enfant. Même le transport peut sévèrement porter atteinte à la qualité du lait maternel", a-t-il ajouté. Les pédiatres font également valoir que le lait d'une femme ayant un bébé de plusieurs mois par exemple, ne contient pas les apports nutritionnels nécessaires à un nouveau-né. Ils conseillent donc aux femmes qui ne peuvent pas allaiter de recourir au lait industriel spécial nouveaux-nés. L'Allemagne, où la pression pour l'allaitement est grande, compte une immense majorité de femmes allaitant leur bébé à la naissance. Sur le réseau social Facebook, des femmes proposent leur lait maternel tandis que d'autres déposent des demandes, notamment aux Etats-Unis. Selon l'édition internet du magazine Der Spiegel, cette pratique existe également en Allemagne. (Jennifer Morris)

Les mères qui proposent leur lait "peuvent prendre des médicaments ou des drogues, avoir des maladies transmissibles comme le Sida ou une hépatite", a affirmé le président de la Fédération, Wolfram Hartmann, cité dans un communiqué. "Personne ne peut contrôler si ce lait maternel étranger est sans risque pour son enfant. Même le transport peut sévèrement porter atteinte à la qualité du lait maternel", a-t-il ajouté. Les pédiatres font également valoir que le lait d'une femme ayant un bébé de plusieurs mois par exemple, ne contient pas les apports nutritionnels nécessaires à un nouveau-né. Ils conseillent donc aux femmes qui ne peuvent pas allaiter de recourir au lait industriel spécial nouveaux-nés. L'Allemagne, où la pression pour l'allaitement est grande, compte une immense majorité de femmes allaitant leur bébé à la naissance. Sur le réseau social Facebook, des femmes proposent leur lait maternel tandis que d'autres déposent des demandes, notamment aux Etats-Unis. Selon l'édition internet du magazine Der Spiegel, cette pratique existe également en Allemagne. (Jennifer Morris)