La délégation composée de délégués et membres de la FGTB, la CSC, l'ORCA et du Ciré a notamment réclamé que la Belgique ratifie la convention des Nations unies pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, et la convention de l'OIT (143) sur les travailleurs migrants. Cette dernière prévoit entre autres le principe d'égalité de traitement concernant l'accès à l'emploi, les droits syndicaux, les droits culturels et les libertés individuelles et collectives. Elle a également appelé à l'octroi d'un titre de séjour à toute personne qui en a introduit la demande et qui n'a pas obtenu de réponse définitive après six mois car elle estime que ce retard incombe à l'une des administrations impliquées dans la procédure. La fin de la criminalisation des travailleurs migrants et la mise en place d'une procédure de régularisation humanitaire sur base de critères clairs, permanents et non limitatifs, faisaient aussi partie de ses revendications. (Belga)

La délégation composée de délégués et membres de la FGTB, la CSC, l'ORCA et du Ciré a notamment réclamé que la Belgique ratifie la convention des Nations unies pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, et la convention de l'OIT (143) sur les travailleurs migrants. Cette dernière prévoit entre autres le principe d'égalité de traitement concernant l'accès à l'emploi, les droits syndicaux, les droits culturels et les libertés individuelles et collectives. Elle a également appelé à l'octroi d'un titre de séjour à toute personne qui en a introduit la demande et qui n'a pas obtenu de réponse définitive après six mois car elle estime que ce retard incombe à l'une des administrations impliquées dans la procédure. La fin de la criminalisation des travailleurs migrants et la mise en place d'une procédure de régularisation humanitaire sur base de critères clairs, permanents et non limitatifs, faisaient aussi partie de ses revendications. (Belga)