"J'ai écrit un livre pour raconter mon histoire. Votre département de la justice a d'énormes volumes de dossiers qui ne servent à rien car ils me savent innocent", écrit Lotfi Raïssi, désormais bloqué dans son pays, dans sa lettre publiée par le quotidien Liberté. "Même en gagnant tous mes procès contre mes accusateurs à travers le monde, les Etats-Unis demeurent sourds à la vérité. Imperméables à la justice", affirme encore le pilote algérien. Lotfi Raïssi, né en 1974 à Alger, vivait près de l'aéroport de Heathrow en Grande-Bretagne, au moment des attaques du 11-Septembre. Arrêté chez lui avec sa compagne, une hôtesse de l'air d'Air France, et son frère, dix jours plus tard, il s'était retrouvé accusé d'avoir appris à piloter aux 19 kamikazes du 11-Septembre. Ses proches avaient été relâchés mais lui même avait été détenu et interrogé durant quatre mois et demi avant finalement d'être innocenté en Grande-Bretagne, mais son dossier n'est toujours pas clos aux Etats-Unis. Expliquant que son appel n'est pas une "lettre de lamentation ni une revendication", M. Raïssi exprime à Mme Clinton un "souhait": "c'est d'être comme vous. De prendre l'avion. D'être libre de voyager à travers le monde". (JAV)

"J'ai écrit un livre pour raconter mon histoire. Votre département de la justice a d'énormes volumes de dossiers qui ne servent à rien car ils me savent innocent", écrit Lotfi Raïssi, désormais bloqué dans son pays, dans sa lettre publiée par le quotidien Liberté. "Même en gagnant tous mes procès contre mes accusateurs à travers le monde, les Etats-Unis demeurent sourds à la vérité. Imperméables à la justice", affirme encore le pilote algérien. Lotfi Raïssi, né en 1974 à Alger, vivait près de l'aéroport de Heathrow en Grande-Bretagne, au moment des attaques du 11-Septembre. Arrêté chez lui avec sa compagne, une hôtesse de l'air d'Air France, et son frère, dix jours plus tard, il s'était retrouvé accusé d'avoir appris à piloter aux 19 kamikazes du 11-Septembre. Ses proches avaient été relâchés mais lui même avait été détenu et interrogé durant quatre mois et demi avant finalement d'être innocenté en Grande-Bretagne, mais son dossier n'est toujours pas clos aux Etats-Unis. Expliquant que son appel n'est pas une "lettre de lamentation ni une revendication", M. Raïssi exprime à Mme Clinton un "souhait": "c'est d'être comme vous. De prendre l'avion. D'être libre de voyager à travers le monde". (JAV)