Freud chez les frères

vendredi 21 septembre 2012 à 15h34

Bridé dans sa carrière, Freud a adhéré à la franc-maçonnerie en 1897. En primeur, voici les extraits d'un ouvrage qui éclaire quarante années de fidélité discrète au B'nai B'rith.

Freud en 1929. © Image Globe

La plupart de ses biographes ont préféré l'ignorer, et parfois le taire : Sigmund Freud (1856-1939) était franc-maçon. En 1897, à l'âge de 41 ans, il adhère à la loge « Wien », fondée dans la capitale austro- hongroise. Marié, père de trois enfants, le pionnier de la psychanalyse est, à l'époque, un médecin isolé et dépressif, bridé dans sa carrière hospitalo- universitaire et dans ses recherches. C'est aussi, en cette fin du xixe siècle, un homme sans illusions : il estime que l'assimilation des Juifs n'est plus possible dans son pays, où se répand à nouveau un climat d'antisémitisme.

Jusqu'à sa mort, quarante-deux ans plus tard, Freud restera fidèle à sa loge, qui dépend de l'association maçonnique juive B'nai B'rith. Il y trouvera un soutien moral et une audience : à de nombreuses reprises, il y présente ses travaux. Ainsi, ses deux premières conférences, en décembre 1897, sont consacrées au rêve - la « voie royale qui mène à l'inconscient » - et à son interprétation. Encouragé par le succès rencontré, il défendra le même travail quelques jours plus tard à l'université de Vienne. Mais trois auditeurs seulement peupleront les bancs de l'amphithéâtre !

« De quoi le conforter dans le choix d'un auditoire choisi », remarque Jean Fourton, auteur de Freud franc-maçon, un ouvrage à paraître dont nous vous proposons, en primeur, les « bonnes feuilles ». Lui-même membre du B'nai B'rith - et du Grand Orient de France depuis 1958 -, Fourton a été clinicien psychanalyste, disciple du psychiatre français Jacques Lacan et membre de l'Ecole freudienne de Paris. Son livre est le fruit d'une recherche dans les bibliothèques du B'nai B'rith et dans les archives freudiennes de Washington, désormais accessibles au grand public.

Olivier Rogeau

« Il testait ses idées en loge »

Le Vif/L'Express : Pourquoi les biographes de Freud passent-ils le plus souvent sous silence son appartenance à une association maçonnique juive ?

Jean Fourton : Nombre de biographes ne savent rien de l'appartenance occulte de Freud au B'nai B'rith, association aujourd'hui encore peu connue du grand public. Et ceux qui sont au courant ne sont pas conscients de l'importance qu'a cette adhésion sur l'£uvre de Freud. Une collègue psychanalyste, à qui j'en parlais l'autre jour, croyait que « BB' » était un club parmi d'autres, alors qu'il s'agit d'une société initiatique. Freud, qui se disait sans conviction confessionnelle, a prononcé au moins 27 conférences dans sa loge, ce qui demeure largement ignoré.

Quel rôle joue cette adhésion dans la vie et les travaux de Freud ?

C'est d'abord un soutien moral solide dans une période de sa vie où tout le monde lui tourne le dos. Ses découvertes, notamment celles sur la sexualité des enfants, déconcertent les conservateurs bien-pensants. La loge est un banc d'essai pour ses découvertes. Il y est écouté par un groupe de « frères » d'origine culturelle diverse : le garçon coiffeur est assis à côté du ministre ou du professeur, qui côtoie la ménagère, le plombier ou le commerçant du coin. Chacun apporte son savoir et doit être compris par tous. Freud s'est montré capable de mettre à la portée de ces personnes des théories complexes qui vont bouleverser notre compréhension de l'homme.

Les infos du Vif aussi via Facebook

Plus sur: , ,

 

Réactions

Francis Lavenne | 15 octobre 2012

Je connaissais l'appartenance de Freud au B'nai B'rith mais je m'étonne de voir assimiler cette association laïque juive à la franc-maçonnerie... S'il y a bien une certaine ressemblance dans l'organisation formelle voire dans les principes humanistes soutenus, je ne lis nulle part dans l'information que le B'nai B'rith d'iffuse habituellement qu'il propose à ses affiliés une démarche initiatique...

Inapproprié?

mortauGSM | 22 septembre 2012

Freud s'est montré capable de mettre à la portée de ces personnes des théories complexes qui vont bouleverser notre compréhension de l'homme. si on accorde comme VERITE, pour pas mal de séduit, c'est leur dieu, et le bouleversement est dramatique, imposteur, hérétique, comme ;l'existencialisme de JP Sartre, une catastrophe , pour une gérération, comme mai 68, Nos rêves mystérieux plus photos Ces mères parfaites qui n'en peuvent plus plus

Inapproprié?

mortauGSM | 22 septembre 2012

si la BOMBE A est le produit d'un cerveau juif, (A Einstein) le freudisme issus d'un malade (cocaine etc), a fait autant de dégats, encore un juif à l'intelligence atrophié, mais je reconnais l'intelligence du juif

Inapproprié?

T-rex | 21 septembre 2012

Freud a suggéré de se retenir dans l'urgence de devoir chier pour connaître une "certaine" forme de jouissance. Dommage qu'il n'y ait pas eu un Pro-Freud... Il aurait pu être le premier à consulter.

Inapproprié?

 

Réagir

Ne manquez plus l’actualité importante du jour. Abonnez-vous à ces newsletters.

Inscrivez-vous à Le Vif newsletter quotidienne

Inscrivez-vous à Le Vif Auto newsletter hebdomadaire

Inscrivez-vous à Le Vif Santé newsletter hebdomadaire

E-mail: