Volée de critiques contre Erdogan assimilant sionisme à crime contre l'humanité

01/03/13 à 09:50 - Mise à jour à 09:50

Source: Le Vif

(Belga) Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan s'est attiré vendredi de violentes critiques de la part du secrétaire général de l'ONU et de Washington notamment pour avoir assimilé, lors d'un discours prononcé mercredi à Vienne, le sionisme à un "crime contre l'humanité".

Volée de critiques contre Erdogan assimilant sionisme à crime contre l'humanité

"Comme c'est le cas pour le sionisme, l'antisémitisme et le fascisme, il devient maintenant inévitable de considérer l'islamophobie comme un crime contre l'Humanité", a déclaré M. Erdogan devant le 5e Forum organisé par l'Organisation des Nations unies (ONU) pour promouvoir le dialogue entre les religions et entre les peuples (UNAOC). Un porte-parole du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, qui était présent à cette réunion mercredi à Vienne, a rejeté vendredi les commentaires du chef du gouvernement turc, les qualifiant d'"offensants et faux". "Le secrétaire général juge maladroit que des commentaires aussi blessants et qui suscitent des divisions aient été prononcés à une réunion qui avait précisément pour thème le leadership responsable", a-t-il ajouté. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est lui aussi insurgé contre ces propos. "C'est une déclaration sombre et mensongère d'un genre qu'on pensait révolu dans ce monde", a déclaré M. Netanyahu dans un communiqué diffusé tard jeudi par ses services. La Maison blanche a également dénoncé les propos de M. Erdogan, quelques heures avant la visite vendredi du secrétaire d'Etat américain John Kerry à Ankara, où il doit précisément s'entretenir avec le Premier ministre turc. Les propos de M. Erdogan interviennent alors que les relations entre la Turquie et Israël connaissent un sérieux refroidissement depuis l'assaut d'un commando israélien en 2010 contre un navire humanitaire à destination de Gaza, qui s'était soldé par la mort de neuf ressortissants turcs. (DEL)

Nos partenaires