Tariq Ramadan défend le cheikh Issam Al-Bachir contre la stigmatisation médiatique

29/09/12 à 17:52 - Mise à jour à 17:52

Source: Le Vif

(Belga) A la première foire musulmane de Bruxelles, lors du débat "Musulmans : entre textes et contexte", samedi, l'intellectuel musulman Tariq Ramadan a pris le parti du cheikh saoudien Issam Al-Bachir.

L'annonce de la venue du cheikh Issam Al Bachir a provoqué une vive réaction du député Denis Ducarme (MR) car, selon lui, il fait partie de ceux qui "n'hésitent pas à promouvoir les attentats-suicides". L'intéressé a ouvert le débat en prônant des valeurs de mutualité par l'interactivité entre l'islam et la société européenne, de tolérance en respectant la pluralité des pensées qui définissent l'humanité et de rejet de toute forme de violence. Tariq Ramadan a qualifié le cheikh Al-Bachir de représentant de la voie médiane et a dénoncé la surdité inacceptable des médias aux propos réellement tenus : "L'ignorance des journalistes produit aujourd'hui des divisions." Il a condamné les extrémismes, des populistes anti-islam aux fanatiques musulmans contre l'Occident. Porteur d'un islam européen, il encourage à réformer l'intelligence musulmane afin de tenir compte du contexte pour faire une lecture avisée des textes. Il se positionne également pour une réforme de la société belge vers le meilleur: " Il n'est pas question de l'islamiser, mais de rendre la société plus juste." Alors que le cheikh Al-Bachir se dit en faveur d'une loi contre les blasphèmes de toutes les religions, Tariq Ramadan n'est pas pour une condamnation légale en porte-à-faux avec la liberté d'expression mais insiste sur l'importance de la condamnation morale. (JACQUES DEMARTHON)

Nos partenaires