Sept mille Macédoniens exigent la démission du gouvernement

12/01/13 à 19:32 - Mise à jour à 19:32

Source: Le Vif

(Belga) Plus de 7.000 sympathisants de l'opposition de gauche macédonienne ont manifesté samedi à Skopje pour réclamer la démission du Premier ministre conservateur, Nikola Gruevski, et la tenue d'élections anticipées en mars.

Sept mille Macédoniens exigent la démission du gouvernement

L'opposition accuse le gouvernement d'avoir manqué de faire des réductions budgétaires, nécessaires, selon elle, pour surmonter la crise économique qui frappe cette ex-république yougoslave, dont 31% des deux millions d'habitants sont touchés par le chômage. La manifestation a été organisée par le principal parti de l'opposition (SDSM), qui réclame depuis décembre la tenue d'élections législatives anticipées en même temps que les municipales, prévues le 24 mars. "Nous avons une seule requête: des élections correctes et démocratiques. Ce régime est fini", a déclaré aux manifestants le leader du SDSM, Branko Crvenkovski. La date de la tenue des municipales a été annoncée vendredi par les autorités, une décision interprétée par des analystes comme un rejet du gouvernement d'organiser simultanément des législatives anticipées, deux ans et demi avant la fin du mandat du Parlement. Le parti de M. Gruevski (VMRO-DPMNE) avait largement remporté les législatives de juin 2011, également un scrutin anticipé. Le SDSM dispose pour sa part de 29 des 123 sièges au Parlement. La Macédoine est confrontée à une crise politique depuis l'adoption fin décembre du budget 2013, dont le vote avait été marquée par des incidents à l'intérieur et à l'extérieur du Parlement ayant fait 17 blessés, dont onze policiers et deux députés. Le SDSM, dont les élus boycottent des travaux du Parlement, affirme que ce budget entraînera un endettement excessif de ce pays candidat depuis 2005 à l'adhésion à l'Union européenne. L'économie macédonienne a stagné en 2012, selon une estimation de la Banque mondiale, qui table toutefois sur une croissance de 1% en 2013. (ROBERT ATANASOVSKI)

Nos partenaires