Science, gloire et retombées

07/12/17 à 13:25 - Mise à jour à 13:29
Du Le Vif/L'Express du 01/12/17

Il y a quelques années, ils bossaient seuls dans leur laboratoire. Aujourd'hui, ils sont devenus des chercheurs vedettes, multipliant les publications prestigieuses et les attentions médiatiques. Une renommée qui leur permet d'obtenir des fonds, des collaborations internationales, des équipes multiculturelles. Mais qui attise les jalousies.

A son retour de vacances, deux lettres l'attendaient. Cachet du Kansas sur la première, écriture manuscrite et petits dessins. Un Américain désireux d'ouvrir un restaurant sur le lieu d'un supposé crash extraterrestre. Michaël Gillon le soutiendrait-il ? Dans la seconde enveloppe, des photos de lui griffonnées de quelques mots en allemand. Un fan, sans doute. Le chercheur liégeois ne comprend rien à la langue de Goethe. Il rigole. Et s'étonne. Comme de ces jeunes filles en pleurs venant solliciter un selfie, lors de son marathon médiatique aux Etats-Unis. Trois jours et deux nuits à se relayer, avec deux collègues, pour répondre aux journalistes. Elles provoquent ces effets-là, les conférences de presse de la Nasa. " Ils avaient fait tout un teasing, on aurait dit un épisode de Game of Thrones ! " Niveau séries, sa découverte de sept exoplanètes, publiée en février dernier dans la revue Nature, collerait plus à du X-Files. Des traces de vie existent peut-être ailleurs dans l'univers, quelque part à 39 années-lumière de la Terre, là où ces planètes (belgement nommées Trappist) orbitent autour d'une même étoile.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires