"Les capacités cognitives déclinent dès 45 ans"

06/01/12 à 19:40 - Mise à jour à 19:40

Source: Le Vif

D'après une étude de l'Inserm menée par Archana Singh-Manoux, les capacités cognitives déclineraient dès l'âge de 45 ans et non à 60 ans comme communément admis. Selon Alexis Elbaz, co-auteur de l'article, cette découverte permettra d'améliorer la prévention chez les sujets les plus jeunes.

"Les capacités cognitives déclinent dès 45 ans"

© Thinkstock - Image d'illustration

D'après une étude publiée par l'Inserm, les capacités cognitives déclineraient dès 45 ans et non à 60 ans comme communément admis. Qu'est-ce que cela signifie?

Jusqu'à présent, les stratégies de prévention étaient faites sur des personnes plus âgées, puisqu'il était admis qu'il n'y a pas de déclin des capacités cognitives avant 60 ans. Mais, nous avons démontré avec cette étude que des signes pouvaient apparaître dès 45 ans. Ce qu'on pensait être de la prévention, n'en était donc plus.

Comment cela se manifeste?

Les fonctions cognitives sont l'ensemble des capacités intellectuelles. La mémoire, le raisonnement, l'orthographe ou encore la capacité à s'exprimer clairement sont autant de facteurs qui définissent l'intelligence. Mais, ce n'est pas parce qu'un individu perd légèrement ses capacités qu'il déclenche la maladie d'Alzheimer ou une démence. On ne peut même pas affirmer qu'il sera malade un jour. Ce déclin n'est même pas réellement handicapant au quotidien pour les plus jeunes car le processus reste très discret.

La gym cérébrale peut-elle nous aider à préserver notre concentration?

Son efficacité n'est pas prouvée. Actuellement, des essais thérapeutiques sont menés sur les personnes âgées pour voir si des exercices pratiques peuvent aider à stimuler la concentration. Mais pour l'instant, rien de sûr. En revanche, une alimentation déséquilibrée ou une trop grande sédentarité encouragent le déclin des fonctions cognitives. Pour lutter, il suffit donc d'adopter dès le plus jeune âge une hygiène de vie saine et de bonnes habitudes alimentaires.

Léonore Guillaume,L'Express.fr

Nos partenaires