Le Danemark taxe le gras

03/10/11 à 11:13 - Mise à jour à 11:13

Source: Le Vif

Ce week-end, le Danemark est devenu le premier au monde à introduire une taxe sur les graisses saturées pour lutter contre leur consommation. Durant toute la semaine les Danois ont fait le plein de beurre, de crème, de pizzas et autres aliments faciles à conserver au congélateur.

Le Danemark taxe le gras

© Thinkstock

Dans la semaine qui a précédé l'entrée en vigueur de cette taxe, les Danois ont dévalisé les magasins. Et pour cause, elle risque tout de même de peser dans le portefeuille des consommateurs dès son entrée en vigueur. La taxe prévoit 16 couronnes, soit 2,15 euros par kilogramme sur les graisses saturées. Elle s'applique à tous les produits contenant des graisses saturées, y compris les plats préparés.

"Je doute que cela aura un impact positif sur la santé, c'est simplement une taxe" supplémentaire, a déclaré à l'AFP une porte-parole de la Confédération danoise des industries (DI), Gitte Hestehave. "Pour autant que nous sachions, le Danemark est le premier pays au monde à introduire une taxe sur les graisses".

Un telle taxe bientôt en Belgique ?


Pourtant, cette nouvelle taxe semble déjà en inspirer certains. La sénatrice Marleen Temmerman (sp.a) y voit par exemple un intérêt certain. A ses yeux, pareil système transposé chez nous ne serait pas seulement bon pour les individus, mais aussi pour la société, l'obésité et les maladies qui y sont associées coûtant beaucoup d'argent en soins de santé.

La sénatrice souligne de plus que des solutions avec des graisses saturées saines existent aux côtés des aliments contenant des graisses insaturées malsaines, mais que celles-ci sont souvent plus chères.

Pour elle, il pourrait dès lors être utile de mettre sur pied un système qui rende les aliments malsains plus onéreux, et la nourriture saine plus abordable.

De son côté, la N-VA n'est pas favorable à l'instauration d'une taxe sur les mauvaises graisses. La formation nationaliste entend plutôt privilégier la prévention à l'instauration d'une nouvelle taxe.

"Il est évident qu'il est urgent de faire quelque chose envers nos habitudes de consommation", a réagi le sénateur nationaliste Louis Ide. "Mais une taxe sur les graisses n'apporterait rien. On ne supprime pas des pratiques alimentaires malsaines avec une nouvelle taxe.

Cela ne ferait que nourrir davantage les caisses de l'Etat. Si l'on veut vraiment améliorer la santé de nos citoyens, il convient plutôt d'encourager les Communautés à investir davantage dans la prévention", selon lui.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires