L'humain n'est pas programmé pour être bon

26/12/14 à 11:03 - Mise à jour à 11:09

Source: Knack

Depuis l'introduction du concept d'altruisme au dix-neuvième siècle, les psychologues débattent sur le caractère inné de la bonté et se demandent si l'humain est programmé pour être aimable à l'égard des autres.

L'humain n'est pas programmé pour être bon

© iStock

Après avoir réitéré une expérience classique, des psychologues de l'université de Stanford ont découvert que l'altruisme n'est pas uniquement quelque chose d'inné.

Interaction

En 2006, une étude standard réalisée parmi des enfants de 18 mois avait conclu que les enfants aident spontanément, sans qu'on leur demande explicitement. Ces résultats venaient confirmer les suppositions de la plupart des scientifiques et ont servi de base à des dizaines études réalisées depuis. Cependant, les psychologues Cortes Barragan et Carol Dweck voulaient réitérer l'expérience, car ils avaient l'impression que le cadre avait influencé les résultats.

Comme dans la plupart des études impliquant des petits enfants, les chercheurs ont commencé par jouer quelques minutes avec les participants pour les mettre à l'aise et les habituer aux nouveaux visages et à l'environnement étranger. Toutefois, c'est justement cette interaction, si courte soit-elle, qui a déclenché une attitude altruiste. De cette façon, les résultats de l'étude étaient fixés avant même que l'expérience ait commencé. "Les enfants sont toujours à la recherche de signes sociaux" explique Barragan, l'auteur principal de l'étude. "Le jeu est interprété comme un soin et crée un sentiment de réciprocité. L'enfant y réagit naturellement".

Jouer ensemble

Barragan et Dweck ont créé une nouvelle expérience pour laquelle ils ont divisé 34 enfants âgés d'un et deux ans en deux groupes. Les participants du premier groupe ont joué quelques minutes avec le chercheur. Quand tout à coup le chercheur a laissé tomber un objet "par mégarde" les enfants se sont précipités pour l'aider, tout comme lors de l'étude de 2006. Au sein du second groupe, les résultats se sont avérés différents. Les enfants et les chercheurs ont commencé par jouer séparément. Au moment où les scientifiques ont fait tomber un objet, les enfants avaient trois fois moins tendance à le ramasser. Quand ils ont réitéré l'expérience avec des enfants plus âgés, ces derniers avaient également deux fois moins tendance à se montrer aidants que les participants qui avait fait la connaissance des chercheurs auparavant.

Controverse

Ces résultats suggèrent que l'altruisme n'est pas simplement inné, mais qu'il est suscité par les relations, même si elles sont brèves. "Je pense que nos résultats peuvent susciter la controverse, mais de façon positive" estime Dweck. "L'altruisme inné s'est toujours expliqué par un avantage évolutionnaire. Une sollicitude instinctive augmenterait les chances de survie. "Si les enfants font confiance aux gens de leur univers, ils s'approprient plus facilement la culture de cet environnement et ils atteignent plus rapidement un niveau plus élevé de succès personnel et interpersonnel" ajoute Barragan.

L'étude a été publiée par la National Academy of Sciences.

IPS

En savoir plus sur:

Nos partenaires