Images d'archive: la découverte d'Ebola

21/10/14 à 15:56 - Mise à jour à 16:24

Source: De Morgen

En 1976, le scientifique belge Peter Piot découvre Ebola. Une découverte qui fut fixée sur la pellicule et dont l'institut de médecine tropicale révèle quelques extraits.

Images d'archive: la découverte d'Ebola

image d'archive © Capture d'écran YouTube

Dans la brousse, de ce qui était alors encore le Zaïre, apparait en 1976 une mystérieuse maladie. Plus précisément à Yambuku où fut transporté un enseignant malade. Personne ne sait alors réellement de quoi il retourne. Tout ce qu'on sait, c'est qu'il ne s'agit pas de Malaria. Malgré les soins, l'homme décède en peu de temps. Plus inquiétants: d'autres meurent rapidement après lui avec les mêmes symptômes. Les soeurs qui soignent les patients décèdent à leur tour en nombre. On envoie alors un échantillon de sang d'une religieuse belge vers l'institut de médecine tropicale d'Anvers.

À la tête des recherches, on retrouve Peter Piot et Guido van der Groen. Ils découvrent à travers leur microscope un très gros et long virus en forme de ver. Il fait penser au virus de Marburg, lui aussi très dangereux puisqu'il a tué des chercheurs en Allemagne. Mais très vite on s'oriente vers un nouveau virus particulièrement meurtrier puisqu'il a fait plusieurs centaines de morts en Afrique. Dans The Guardian, Piot précise même qu'"il était évident que nous étions face à l'une des maladies infectieuses les plus mortelles que le monde ait jamais vues et nous ne savions pas qu'elle était transmise par les fluides corporels".

Les deux chercheurs belges seront les premiers à isoler ce qu'on appelle désormais le virus Ebola, le nom d'une rivière qui s'écoule non loin de l'endroit où ont éclos les premiers cas. Suite à cette découverte, l'institut organise une mission à Yambuku. Peter Piot a alors 27 ans. Protégé à l'aide de lunettes de motard, d'une combinaison et de gants en latex, il étonne les patients. Sur les images diffusées par le site HLN.be qui a obtenu ces images de l'institut de médecine tropicale, on reconnait Peter Piot, mais aussi l'angoisse et la peur que générait déjà la maladie. Il est vrai qu'en 1976, la maladie avait déjà fait près de 280 morts.

Les tenues ne changent guère près de 40 ans plus tard.

Peter Piot, barbe et chemise blanche, en train de charger l'avion.

Peter Piot prend des échantillons de sang. On aperçoit également Guido van der Groen.

Nos partenaires