Entre l'Homme et le singe, une filiation pas si linéaire

12/02/18 à 11:14 - Mise à jour à 11:17

Source: The Guardian

L'Homme vient du singe, mais la filiation entre le chimpanzé (notre plus proche cousin) et nous, n'est pas si linéaire qu'on le pensait. Le point sur les dernières découvertes, liées à l'évolution de l'étude du génome.

Entre l'Homme et le singe, une filiation pas si linéaire

© iStock

À l'heure actuelle, les scientifiques tentent toujours de déterminer à quel moment précis (au million d'années près) la filiation entre l'Homme et le singe s'est scindée. En effet, la réponse à cette question n'a cessé d'évoluer au cours des décennies, en même temps que les nouvelles découvertes, les évolutions techniques et technologiques.

L'étude de l'ADN s'est avérée un outil très puissant pour déterminer ce qui nous sépare de notre cousin le plus proche, le chimpanzé, rapporte le Guardian. En 2005, les génomes complets de l'Homme et du chimpanzé ont été comparés et les scientifiques ont constaté que nous partagions 98 % de notre ADN.

Les différences entre les deux contiennent des indices importants sur le moment de la séparation de nos deux lignées. En estimant la vitesse à laquelle de nouvelles mutations génétiques sont acquises au cours des générations, les scientifiques peuvent utiliser les différences génétiques comme une "horloge moléculaire" pour donner une idée approximative du moment où cette séparation s'est produite. La plupart des calculs estime que cela s'est produit il y a entre quatre et huit millions d'années. C'est beaucoup plus récent que ce que l'on pensait il y a encore quelques décennies.

Nous ne connaissons donc toujours pas l'identité de nos ancêtres communs les plus récents avec les chimpanzés. Mais les scientifiques ont tendance à ne pas aimer l'expression de "chaînon manquant", car elle implique que l'évolution se déroule de manière ordonnée et linéaire. "Cela donne le sentiment qu'il existe une seule forme transitionnelle qui comble magiquement le fossé entre un singe vivant et un humain vivant et suggère que nous devons tout intégrer dans notre ligne d'évolution", explique Chris Stringer, responsable des origines humaines au Musée d'Histoire naturelle de Grande-Bretagne.

La réalité est plus désordonnée: les différentes branches évoluent à des rythmes différents; de nouveaux traits peuvent émerger plusieurs fois indépendamment; les divisions peuvent être traînées au cours des millénaires et à travers les continents, avec des populations divergentes puis se reproduisant à nouveau. Plutôt que l'arbre de la vie, c'est plutôt un buisson dense et épineux.

Par ailleurs, nous ne pouvons pas non plus affirmer que le chimpanzé est une version moins évoluée de nous-mêmes. Notre ancêtre commun hypothétique aurait eu un mélange de traits ressemblant à des chimpanzés, de traits humains et de traits primitifs que les deux espèces ont fini par laisser derrière eux. Cet ancêtre commun aurait pu marcher à quatre pattes, ou aurait aussi pu être plus droit.

Les scientifiques essaient encore de reconstituer ce puzzle évolutif basé sur un jeu changeant de créatures qui apparaissent dans les archives fossiles. Pour compliquer les choses, la plupart des fossiles trouvés représentent probablement des branches latérales évolutives plutôt que des ancêtres directs.

L'évolution de l'Homo sapiens

La première preuve de l'existence de l'Homo sapiens (c'est-à-dire nous) vient de fossiles datés d'il y a un peu plus de 300 000 ans et qui ont été mis au jour dans une grotte au Maroc. Les ossements d'au moins cinq personnes ont été retrouvés à côté d'outils, d'ossements de gazelles et de morceaux de charbon de bois. Jean-Jacques Hublin, un scientifique de l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutionniste à Leipzig qui a exhumé les fossiles, a déclaré au Guardian l'année dernière: "Le visage du spécimen que nous avons trouvé est le visage de quelqu'un que l'on pourrait rencontrer à Londres."

Jusqu'à récemment, des sources convergentes de preuves provenant des fossiles, de la génétique et de l'archéologie suggéraient que les humains modernes se sont d'abord propagés de l'Afrique vers l'Eurasie il y a environ 60 000 ans. Cependant, une série de découvertes récentes - y compris un trésor de dents humaines vieilles de 100 000 ans trouvées dans une grotte en Chine, et une mâchoire vieille de près de 200 000 ans dans le nord d'Israël - montrent que l'Homo sapiens s'est baladé à travers le monde beaucoup plus tôt que ce que l'on pensait.

Cependant, ces sorties précoces semblent avoir très peu contribué à la génétique des populations modernes - ces groupes ont peut-être disparu ou ont été détruits par les vagues migratoires subséquentes. En triangulant les ancêtres communs des populations modernes, les scientifiques peuvent montrer que les ancêtres des Africains et des non-Africains vivants aujourd'hui convergent vers 60 000 ans. Comme ces ancêtres ont voyagé à travers les continents, ils auraient rencontré un assortiment bigarré d'autres espèces humaines archaïques, y compris les Néandertaliens en Eurasie, les Denisovans en Sibérie, probablement une espèce naine connue comme "le hobbit" (Homo floresiensis) sur l'île indonésienne de Flores et probablement d'autres espèces que nous ne connaissons pas encore.

Les Néandertaliens, eux, ont connu un déclin important il y a environ 40 000 ans, à l'époque où les Homo sapiens d'Afrique s'installèrent en Eurasie. Peut-être ont-ils eu du mal à rivaliser pour obtenir des ressources, ont-ils été tués dans des conflits ou se sont-ils tout simplement moins bien adaptés aux changements climatiques qui ont conduit nos ancêtres à se déplacer vers le nord et l'est.

Alors que les Néandertaliens se sont éteints en tant qu'espèce, en un sens, ils sont toujours là aujourd'hui. Le croisement entre les humains modernes et les Néandertaliens signifie que tous les non-Africains vivants aujourd'hui portent environ 1-5% d'ADN néandertalien. Chacun a acquis des parties légèrement différentes du génome de Néandertal et, collectivement, une fraction substantielle (au moins 20%) du génome de Néandertal s'est propagée à travers la population humaine.

La génétique montre en effet que les ancêtres de tout le monde, en dehors de l'Afrique, se sont croisés avec des Néandertaliens, probablement plus d'une fois. Il y avait aussi des croisements avec un autre groupe archaïque appelé les Denisovans. Nous ne savons pas grand-chose de ce à quoi ressemblaient ces anciens cousins, leurs fossiles étant trop fragmentés, explique Chris Stringer.

Et demain ?

"L'évolution humaine n'est pas terminée. Il est impossible de prédire comment nous allons évoluer. Il est tentant de supposer que nous sommes sur une trajectoire intellectuelle toujours ascendante, mais il n'y a aucune garantie à cela. En fait, le cerveau humain est devenu environ 5 à 10 % plus petit au cours des 20 000 dernières années. Peut-être cela est-il comparable au schéma observé chez les animaux domestiques, qui ont presque toujours un cerveau plus petit que leurs homologues sauvages. "Peut-être que nous nous sommes domestiqués et que les parties du cerveau dont nos ancêtres avaient besoin ne sont plus aussi importantes", affirme Stringer.

Il est également possible que nous échangions nos cerveaux individuels pour des formes collectives d'intelligence. "Nos cerveaux sont énergétiquement très coûteux - ils utilisent environ 20% de notre énergie", explique Stringer. "Donc, si l'évolution peut s'en tirer avec un cerveau plus petit, elle le fera."

Nos partenaires