En Russie, qui casse un vaisseau spatial le paie de sa poche

18/05/15 à 16:19 - Mise à jour à 16:23

Source: Belga

Les responsables des récents échecs du secteur spatial russe, notamment la perte d'un vaisseau Progress et d'une fusée Proton, paieront leurs erreurs "de leurs propres poches", a annoncé lundi le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

En Russie, qui casse un vaisseau spatial le paie de sa poche

Le 12 Mars 2015, le Soyuz TMA-14M a atterrit dans les steppes du Kazakhstan. © REUTERS

"En plus de leur responsabilité personnelle, tous ceux qui sont impliqués dans la chaîne (opérateurs et constructeurs, ndlr) doivent comprendre qu'ils en portent également la responsabilité matérielle", a prévenu Dmitri Medvedev au cours d'une réunion gouvernementale consacrée aux récents déboires de l'industrie spatiale russe. "Il faut finir le travail et trouver les raisons (de ces échecs). Ils nuisent à la réputation de notre programme spatial", qui fait historiquement la fierté du pays, a-t-il ajouté.

Si le secteur spatial russe peut souffler après la réussite -à la deuxième tentative- de la mission d'un vaisseau spatial Progress qui a changé l'orbite de l'ISS dans la nuit de dimanche à lundi, ce succès n'occulte pas la série de déboires retentissants subis récemment par le secteur.

La perte d'un vaisseau Progress fin avril et l'échec d'une fusée Proton à mettre sur orbite un satellite de télécommunications mexicain la semaine dernière avaient notamment provoqué l'ire des autorités, qui ont laissé entendre que des têtes pourraient tomber.

Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, chargé du secteur spatial, a de son côté appelé lundi à abandonner progressivement les lanceurs Proton, en fin de vie, et à utiliser des modèles plus récents tels que les fusées Angara.

En savoir plus sur:

Nos partenaires