Découverte d'un nouveau système exoplanétaire avec trois "super terres"

31/07/15 à 10:10 - Mise à jour à 10:10

Un nouveau système exoplanétaire, proche de notre système solaire, avec trois "super terres" orbitant autours d'une étoile, a été découvert par des astronomes de l'Université de Genève, a annoncé jeudi cette institution.

Découverte d'un nouveau système exoplanétaire avec trois "super terres"

© Belga

Situé dans la constellation de Cassiopée, ce système exoplanétaire (en dehors du système solaire, NDLR) est composé de trois super terres - exoplanète ayant une masse comprise entre 1 et 10 fois celle de la Terre - d'une planète géante et de leur étoile commune, un peu plus froide que notre soleil.

Ce nouveau système est relativement proche de nous, à une distance de 21 années-lumière de la Terre. En comparaison, l'étoile la plus proche de notre soleil est à trois années-lumière et la seconde à six années-lumière.

"Lorsque les premières mesures indiquèrent qu'une des planètes orbitait autour de l'étoile en trois jours, nous avons immédiatement demandé à la Nasa du temps d'observation avec le télescope spatial américain Spitzer", explique l'astronome Ati Motalebi, coauteure de l'article.

Coup de chance, l'exoplanète passe bien entre son étoile hôte et la Terre, occasionnant le phénomène dit de transit, une mini-éclipse. Le phénomène du transit est une aubaine pour les chercheurs, à qui il permet d'estimer le rayon de la planète grâce à l'ombre projetée sur l'étoile par l'éclipse. Le rayon est indispensable au calcul de la densité et à la définition de la composition de l'atmosphère.

Il résulte de toutes ces mesures que la planète est 4,5 fois plus massive que la Terre, avec un diamètre 1,6 plus grand. Sa densité est proche de celle de notre Terre et elle est de composition terrestre. "C'est de loin la planète de composition terrestre la plus proche de nous", note le communiqué.

La planète tourne autour de son étoile en 3 jours. "Elle est donc très proche de l'étoile", précise à l'AFP Stéphane Udry, astronome à l'Observatoire de Genève. "La température (sur la planète) est d'environ 700 degrés kelvin (427 Celsius, 800 Fahrenheit). C'est probablement un monde de lave fondue ... pas compatible avec la vie."

Les astronomes espèrent un jour pouvoir observer des transits des deux autres super terres, définir leur densité et donc si elles sont rocheuses ou gazeuses, ou une combinaison des deux.

"Pouvoir définir la composition de trois super terres dans un même système proche fournirait une source d'information hors du commun sur la formation des systèmes planétaires et la composition de leurs membres, en particulier des super terres", s'enthousiasme Stéphane Udry.

Avec l'Afp

En savoir plus sur:

Nos partenaires