Bible : la traversée de la mer Rouge expliquée par des scientifiques

09/12/14 à 16:29 - Mise à jour à 16:29

Des chercheurs d'une université du Colorado ont trouvé une explication scientifique au miracle de Moïse décrit dans l'Exode.

Bible : la traversée de la mer Rouge expliquée par des scientifiques

© istock

Le magazine en ligne Slate.fr rapporte que des recherches effectuées au National Centre For Atmospheric Research, dans l'État du Colorado, ont démontré le caractère scientifique de l'ouverture de la mer Rouge par Moïse.

Carl Drews, responsable des recherches, estime que cela ne se serait pas passé dans la mer Rouge, mais dans le lac de Tanis, une branche du Nil. Selon lui, les mots hébreux "yam suf" évoqués dans l'Ancien Testament ne signifient pas la mer Rouge, mais la "mer des Roseaux". Cette traduction a permis à l'équipe de déterminer avec plus de précision l'endroit précis de l'évènement et de l'expliquer.

Un passage de 3 km de large et 5 km de long aurait pu se former sur une période de 12 heures simplement grâce à des vents, selon les scientifiques. Ce type de vents, appelés "wind setdown", aurait poussé l'eau vers la côte, créant un passage sec au milieu des eaux et permettant ainsi au peuple hébreu de traverser.

Une autre explication est également avancée par le Wall Street Journal : les marées. Dans certaines régions, elles peuvent laisser des portions de terre, habituellement recouvertes d'eau, complètement sèches. Un phénomène similaire avait d'ailleurs été observé en 1798, lorsque Napoléon Bonaparte avait voulu traverser le Golfe de Suez.

Pour les plus sceptiques, cela signifierait que Moïse, connaissant bien les marées, aurait donc pu planifier la traversée grâce à des nuages de poussière et autres signes météorologiques.

Les avis sur la question sont très partagés. Certains considèrent qu'il n'y a pas lieu d'évoquer le sujet et qu'il faut laisser les croyances où elles sont. D'autres pensent que cette étude ne se base que sur des écrits tout droit sortis de l'imagination des personnes qui les ont rédigés et n'a donc aucune utilité. Enfin, des personnes approuvent l'étude, estimant qu'il s'agit là d'une conciliation entre foi et science.

En savoir plus sur:

Nos partenaires