Alzheimer: des chercheurs inversent la perte de mémoire chez des souris

23/04/14 à 18:38 - Mise à jour à 18:38

Source: Le Vif

Des chercheurs espagnols sont parvenus à inverser la perte de mémoire chez des souris atteintes de la maladie d'Alzheimer en utilisant la thérapie génique, une expérience présentée comme une première.

Alzheimer: des chercheurs inversent la perte de mémoire chez des souris

© Thinkstock

Les scientifiques de l'Institut de neurosciences de l'université autonome de Barcelone (UAB) "ont réussi à développer une thérapie génique qui inverse la perte de mémoire, dans les premiers stades, chez des souris atteintes de la maladie d'Alzheimer", a expliqué mercredi l'UAB dans un communiqué, précisant que l'étude fait la une de la revue américaine de référence The Journal of Neuroscience.

Cette thérapie consiste à injecter dans l'hippocampe, région du cerveau jouant un rôle important dans la mémoire, un gène qui entraîne la production d'une protéine bloquée chez les patients atteints de cette maladie.

La protéine, "Crtc1" (CREB regulated transcription coactivor-1), permet d'activer les gènes impliqués dans la formation de la mémoire à long terme. Or, chez les personnes atteintes, la formation d'ensembles de plaques de protéines beta-amyloïdes, un processus déjà connu comme déclenchant Alzheimer, empêche cette protéine de fonctionner normalement.

"Quand la protéine Crtc1 est altérée, on ne peut pas activer les gènes responsables de la synapse ou des connexions entre neurones dans l'hippocampe et l'individu ne peut pas réaliser correctement son travail de mémoire", explique le docteur Carlos Saura, responsable de l'étude, cité par l'UAB.

Selon lui, "cette étude ouvre de nouvelles perspectives pour la prévention et le traitement thérapeutique de la maladie d'Alzheimer". Un des défis principaux, selon l'étude, sera désormais de développer des thérapies médicamenteuses permettant justement d'activer cette protéine. Il faudra aussi s'assurer de pouvoir transposer ce traitement chez l'humain.

La maladie d'Alzheimer, pour l'instant incurable, est la forme la plus courante de démence chez les personnes plus âgées: affectant plus de 40 millions de personnes dans le monde, elle représente un défi à l'échelle planétaire pour les systèmes de santé et pour la recherche qui n'a pour l'heure trouvé aucun remède.

Nos partenaires