Virus zika: la Colombie prévoit plus de 600.000 cas en 2016

21/01/16 à 08:24 - Mise à jour à 08:23

Source: Afp

La Colombie prévoit pour 2016 plus de 600.000 cas du virus zika, transmis par les moustiques et qui peut avoir de graves conséquences chez les femmes enceintes, a déclaré mercredi le ministre de la Santé, Alejandro Gaviria.

Virus zika: la Colombie prévoit plus de 600.000 cas en 2016

© Reuters

"Nous nous attendons à une évolution similaire au virus du chikungunya l'an dernier, avec entre 600.000 et 700.000 cas dans l'année", a déclaré M. Gaviria à Bogota, en soulignant que la Colombie est le deuxième pays le plus touché par la maladie en Amérique latine, après le Brésil.

Les autorités sanitaires ont à ce jour placé sous surveillance médicale 560 femmes enceintes, qui sont les plus vulnérables à ce virus propagé par des moustiques du genre Aèdes et peuvent provoquer des malformations graves, notamment une microcéphalie, voire la mort du foetus.

A ce jour, 106 enfants sont nés en Colombie de mères contaminées, dont 30 souffrant d'altérations neurologiques.

"Nous pourrions attendre de 450 à 600 cas de microcéphalie chez des enfants en Colombie si la situation évolue comme au Brésil", a ajouté pour sa part le vice-ministre de la Santé, Fernando Ruiz.

Selon les dernières statistiques de l'Institut national de la Santé publiées le 15 janvier, la Colombie a répertorié 10.837 cas confirmés de virus du zika et 1.918 cas suspects.

Les Etats-Unis, qui ont annoncé mercredi avoir enregistré trois cas en Floride chez des personnes ayant récemment voyagé en Amérique latine, avaient appelé la semaine passée les femmes enceintes à éviter de se rendre dans les pays touchés, notamment en Amérique du Sud et dans les Caraïbes.

Dans un communiqué daté du 7 janvier, le gouvernement colombien a pour sa part recommandé aux couples résidents dans le pays d'éviter toute grossesse dans les prochains mois.

A ce jour, 20 pays des Amériques ont enregistré des cas autochtones du virus, selon l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS).

En savoir plus sur:

Nos partenaires