Un avis européen descend l'homéopathie en flammes

21/09/17 à 13:47 - Mise à jour à 13:59

Source: De Morgen

L'European Academies Science Advisory Council (EASAC), qui regroupe les académies nationales des sciences de membres de l'UE, estime qu'il faut cesser de tolérer la présence de l'homéopathie dans les soins de santé et traiter les remèdes homéopathiques comme n'importe quel médicament.

Un avis européen descend l'homéopathie en flammes

© Getty Images/iStockphoto

C'est ce qu'elle écrit dans un avis adressé à la Commission européenne. Pour les scientifiques, les produits dont l'efficacité n'est pas prouvée ne doivent plus être autorisés. Comme le rappelle le quotidien De Morgen, il y en a effectivement aucune preuve que les remèdes homéopathiques agissent contre les maladies connues et ils ne peuvent donc en rien éveiller cette impression.

100% d'eau

L'avis recommande également de cesser de rembourser les produits et services homéopathiques "à moins que des recherches approfondies aient prouvé leur efficacité et leur sûreté". Interrogé par De Morgen, le professeur en médecine interne Jos van der Meer et co-auteur de l'avis, souligne l'importance de mentionner le contenu sur l'emballage afin de "faire comprendre que ces produits sont composés à 100% d'eau".

Le chercheur estime que c'est de la folie de dépenser de l'argent à des produits dont l'efficacité n'est absolument pas prouvée. Le conseil admet toutefois l'existence de l'effet placébo, qui peut parfois donner l'impression que le produit fonctionne.

Les Français, les Autrichiens et les Allemands sont particulièrement friands d'homéopathie: plus de 10% d'entre eux disent avoir consulté un homéopathe au cours de l'année écoulée. À en croire les chiffres de l'industrie homéopathiques relayés par De Morgen, les Européens dépensent chaque année plus d'un milliard d'euros en remèdes homéopathiques et ce chiffre d'affaires augmente de 6% chaque année.

Maggie De Block

En Belgique, les produits homéopathiques ne sont pas remboursés par l'INAMI, mais les mutuelles prennent l'initiative d'en rembourser une partie. Comme le fait remarquer le journal De Standaard, l'avis vient apporter de l'eau au moulin de la ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD). Alors que sa prédécesseur Laurette Onkelinx (PS) souhaitait reconnaître les dentistes et sages-femmes qui pratiquent l'homéopathie, pour De Block il est hors de question d'assouplir le système.

Si la Commission européenne reprend l'avis d'EASAC et impose aux états membres de ne pas rembourser l'homéopathie, il n'y aura plus aucune raison de rembourser cette pratique et les mutuelles devront revoir leur politique.

Nos partenaires