Tous végétariens : bénéfique à tous niveaux ?

28/09/16 à 15:39 - Mise à jour à 16:40

Source: Bbc

Que se passerait-il si, du jour au lendemain, tout le monde devenait végétarien ? Ne plus consommer de viande au niveau mondial aurait des conséquences positives, comme négatives.

Tous végétariens : bénéfique à tous niveaux ?

© Getty Images/iStockphoto

Les végétariens refusent de consommer de la viande pour différentes raisons, allant de l'idéologie à un mode de vie plus sain. En un sens, les végétariens ont raison : ne plus consommer de viande peut procurer divers bénéfices. Et plus de gens le seront, plus les bénéfices se calculeront à grande échelle. Mais si absolument tous les êtres humains adoptaient ce type de régime, cela présenterait de nombreux inconvénients. Andrew Jarvis, du Colombia's International Centre for Tropical Agriculture, résume ce dilemme à la BBC : "Dans les pays développés, le végétarisme pourrait apporter toutes sortes de bénéfices environnementaux et pour la santé. Dans les pays en voie de développement, il y aurait des effets négatifs en termes de pauvreté". Jarvis et d'autres experts ont analysé les conséquences d'un végétarisme globalisé.

Impact sur l'environnement et le changement climatique

La production de nourriture est responsable d'1/4 à 1/3 des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, une grande partie venant de l'élevage du bétail. L'impact de notre alimentation sur le changement climatique est généralement sous-estimé. "Manger juste un peu moins de viande pourrait rendre l'avenir bien meilleur pour nos enfants et petits-enfants", explique Tim Benton, un expert en sécurité alimentaire de l'University of Leeds à la BBC.

La nourriture, en particulier le bétail, prend aussi beaucoup d'espace et cela peut provoquer des émissions de gaz à effet de serre, dues à la conversion des terres et à la perte de la biodiversité. Si tout le monde était végétarien, au moins 80% des pâturages actuels pourraient être reconvertis en prairies et forêts, ce qui capturerait les émissions de carbone et atténuerait le changement climatique. Les 10-20% restants pourraient être utilisés pour augmenter les cultures et de ce fait combler les déficits de nourriture.

Les personnes travaillant dans l'industrie de la viande souffriraient évidemment de cette situation et devraient se tourner vers une autre carrière. Une reconversion de tous ces travailleurs sera difficile, et nous devrons probablement faire face au chômage et à des bouleversements sociaux, surtout dans les communautés rurales et les régions plus défavorisées.

Tous végétariens : bénéfique à tous niveaux ?

© iStock

Effets sur la santé

Pour les effets du végétarisme sur la santé, la nuance est également de mise. L'étude d'un modèle informatique révèle que si tout le monde était végétarien d'ici 2050, la mortalité baisserait de 6 à 10% grâce à une diminution de maladies cardiaques, diabètes et certains cancers. L'élimination de la viande rouge serait responsable pour moitié de cette diminution, le reste étant dû à la diminution des calories consommées et à l'augmentation de la consommation de fruits et des légumes.

Pour que ces bénéfices projetés se réalisent, il convient de remplacer la viande par des substituts nutritifs appropriés. En effet, les produits d'origine animale contiennent plus de nutriments par calorie que les aliments typiquement végétariens. Choisir le substitut adéquat est primordial pour nourrir correctement tout le monde, mais ce ne sera pas chose aisée. "Que tout le monde soit végétarien peut créer une crise sanitaire dans les régions en voie de développement, car d'où viendraient les micronutriments ?", se demande explique Tim Benton.

Modération et changements

Heureusement, le monde entier n'a pas besoin de se convertir au végétarisme ou au véganisme pour en récolter les bénéfices, tout en limitant les répercussions. Selon les conclusions de la BBC, la clé est la modération dans la fréquence de consommation de viande et dans la taille des portions.

Certains changements dans le système alimentaire (par ex. les viandes plus chères et les fruits et légumes moins chers) nous encourageraient également à manger plus sainement et de prendre des décisions alimentaires meilleures pour l'environnement.

Nos partenaires