Prosopagnosie : quand il est impossible de reconnaitre un visage

06/07/15 à 15:37 - Mise à jour à 16:07

Ne pas reconnaître une personne est une situation gênante qui nous arrive parfois. Mais chez certaines personnes, cette situation est récurrente et même pathologique.

Prosopagnosie : quand il est impossible de reconnaitre un visage

© istock

Dès notre petite enfance, notre cerveau a la capacité de reconnaitre et d'identifier un visage familier en moins d'une seconde en réalisant une analyse globale de la position des yeux, du nez et de la bouche. Pourtant, près de 2,5 % de la population mondiale en serait incapable. Ces personnes souffrent de prosopagnosie, une pathologie neurologique de non-reconnaissance des visages.

Chez la plupart des patients, elle surgit suite à la formation d'une lésion au niveau de la zone temporale droite du cerveau, généralement due à un AVC, une thrombose ou une hémorragie. Jean-Christophe Bier, neurologue à l'hôpital Érasme à Bruxelles explique : "Si la lésion est brutale, le patient peut ne plus reconnaître ses proches ou les membres de sa famille. S'il s'agit de lésions moins marquées, le cas sera moins grave et la personne éprouvera plutôt des difficultés à mettre un nom sur un visage lorsqu'on lui montre la photo d'une célébrité".

La prosopagnosie peut également être d'origine congénitale et est alors moins handicapante. Dans ce cas, la personne atteinte "reconnaît encore ses proches par la voix, l'odeur et la façon dont ils se déplacent", explique le neurologue. Cette situation peut être comparée à celle d'un Européen qui se rend en Asie pour la première fois. Les premiers jours, les visages vont lui sembler identiques et il éprouvera des difficultés à reconnaitre les personnes. Ce n'est qu'après quelques semaines qu'il pourra le faire.

Cette pathologie, extrêmement anxiogène pour les personnes qui en souffrent, n'est jamais à 100 % guérissable. Par contre, un travail sur la plasticité cérébrale ou un travail de réparation des lésions responsables permet parfois au patient de regagner certaines fonctions, notamment, celle de reconnaissance faciale.

L.V.

Nos partenaires