"Ne pas voir la violence dans le porno est un déni "

12/02/16 à 06:43 - Mise à jour à 06:43

Source: Le Vif/l'express

C'est cru. Dérangeant. Un coup de poing ! Le livre Plainte contre X, adapté au théâtre de Poche à Bruxelles (1), évoque l'envers du décor des films porno. Et donc : la violence infligée aux femmes sur les tournages, la culture du viol érigée en modèle. L'oeuvre illustre la détresse et la révolte de la narratrice, Estelle, accro aux images hard dès 10 ans, actrice de X dès 17.

L'auteur du livre, Karin Bernfeld, lettrée de la Sorbonne (Paris) et actrice, lui ressemble. Il y a une part de mystère chez cette Lyonnaise au look angélique, qui ne révèle pas sa date de naissance, non par coquetterie mais pour se protéger. De blessures anciennes, sans doute. Elle a, en tout cas, souffert d'anorexie et en a parlé dans un autre monologue théâtral. Sa résilience, dont témoigne sa farouche détermination à dénoncer la brutalité d'une société nourrie au porno, profite à toutes les victimes qui n'ont pas ce don de plume. On n'y décèle aucun travers moralisateur. Juste de la sincérité. Et ça fait mal.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires