"La pornographie a sa place dans les écoles"

17/03/15 à 12:22 - Mise à jour à 12:22

Source: Knack

Un éminent sexologue danois propose d'intégrer la pornographie dans les cours de l'enseignement secondaire. Cette nouveauté devrait permettre aux adolescents de distinguer le "véritable" sexe des attentes créées par le porno hard.

"La pornographie a sa place dans les écoles"

photo prétexte © iStock

Le Danemark a toujours été pionnier dans l'acceptation de la pornographie: en 1967, le pays a levé l'interdiction sur le porno et en 1969 il est devenu le premier état au monde à entièrement légaliser la pornographie, désormais mainstream. Selon le site d'informations The Local, une enquête d'octobre 2014 révèle que trois hommes danois sur quatre et une Danoise sur trois regardent du porno.

"Consommateurs critiques"

Le professeur Christian Graugaard, un sexologue éminent de l'Université d'Aalborg souhaite aller encore plus loin en introduisant la pornographie dans les écoles. "Nous savons qu'une majorité importante d'adolescents a déjà vu du porno " déclare Graugaard au quotidien britannique The Guardian. Son but est de faire des jeunes "des consommateurs conscients et critiques" qui "connaissent la différence entre la pornographie et les relations sexuelles réelles" grâce à l'implémentation de porno hard dans les cours.

"Les jeunes qui essaient d'imiter ce qu'ils voient dans les films pornographiques sont condamnés à la déception" explique Graugaard lors de la présentation de son projet sur la chaîne publique danoise DR. "Je préférerais élever nos enfants en consommateurs critiques qui regardent le porno avec une certaine distance et réflexion" ajoute-t-il.

Obligatoire depuis 1970 au Danemark, l'éducation sexuelle évoque déjà la pornographie dans certaines écoles. "Les écoles interprètent les directives nationales de façons différentes. Il est donc important que l'enseignement respecte certaines normes de qualité dans tout le pays. (...) Pour l'instant, le Danemark est un pays en voie de développement en matière d'éducation sexuelle" explique-t-il au Guardian.

Nos partenaires