"Il faut supprimer les mutuelles sous leur forme actuelle"

10/04/15 à 15:45 - Mise à jour à 15:45

Source: Knack

Nos confères de Knack.be ont donné la parole à trois experts de la santé, le généraliste et le professeur à l'Université de Gand Marc Cosyns, l'économiste de la santé Lieven Annemans et le professeur en éthique Ignaas Devisch. Ils plaident tous les trois pour une réforme en profondeur des soins de santé.

"Il faut supprimer les mutuelles sous leur forme actuelle"

Marc Cosyns © BELGA

Pour le docteur Marc Cosyns, il faut supprimer les mutuelles sous leur forme actuelle. Il est urgent de réformer le système, mais malheureusement il n'y a rien à ce sujet dans l'accord gouvernemental. Les deux autres experts, Lieven Annemans et Ignaas Devisch, partagent cet avis. "Il faut commencer par décloisonner les mutuelles" déclare Cosyns. "Je comprends qu'il s'agit d'une situation historique, mais la dépendance politique ne peut et ne doit plus compter". "Les mutuelles jouent un double rôle. D'une part, elles sont chargées de prévention et de conseils et d'autre part elles fonctionnent comme mécanisme de remboursement. On pourrait supprimer cette dernière tâche, l'état peut s'en charger, il dispose déjà d'une mutuelle qui pourrait reprendre ce job" ajoute-t-il.

"Les mutuelles peuvent très bien fonctionner avec quelques centaines de millions de moins"

Lieven Annemans, économiste de la santé à l'université de Gand renchérit: "Ainsi, les mutuelles perdent leur rôle de guichet qu'elles peuvent échanger contre un rôle de conseiller. Mais dans ce cas il faut les réduire. Elles pourraient très bien fonctionner avec quelques centaines de millions de moins". Le professeur Ignaas Devisch estime également que la fonction de guichet classique et les couleurs politiques des mutuelles sont dépassées. "Il vaut mieux développer un seul service d'état qui fonctionne bien même si la mutuelle peut jouer un rôle plus important dans l'idée qu'il faut regarder plus loin que l'individu. Les mutuelles peuvent remplir une tâche d'accompagnement importante au niveau situé entre l'état et le citoyen" estime-t-il. Les trois experts regrettent que le gouvernement Michel n'ait rien repris sur les mutuelles dans l'accord gouvernemental : "Ils refilent la patate chaude au prochain gouvernement".

Rôle d'agent

Annemans: "L'OCDE conseille également aux mutuelles de jouer un rôle d'agent. Elles peuvent alors conseiller le médecin traitant, qui jouerait un rôle très important, sur les instances auxquelles son patient peut s'adresser. C'est un bon modèle, à condition que les mutuelles soient vraiment indépendantes". Cosyns souligne le rôle du généraliste et des soins primaires dans ce modèle. "Celui-ci est essentiel et la collaboration entre les deux doit être optimale, car sinon on risque d'assister à la création d'un circuit parallèle. On peut envoyer quelqu'un vers le meilleur cardiologue, mais ce patient n'a peut-être pas besoin d'un cardiologue".

"Continuer à chercher comment mieux écouter le patient"

"On a essayé de faire voter les gens sur les soins de santé, par les mutuelles. On n'a pas encore réussi mais il faut à continuer à chercher comment mieux écouter le patient avec les professionnels et l'état" conclut Cosyns.

En savoir plus sur:

Nos partenaires