Vincent Claes
Rédacteur en chef - Le Journal du médecin
Opinion

03/12/17 à 12:30 - Mise à jour à 12:34

'Attention, les sectes liées à la santé se multiplient'

Dans son dernier rapport 2015-2016, le Centre d'information et d'avis sur les organisations sectaires nuisibles (CIAOSN) révèle que les mouvements sectaires continuent de sévir dans le secteur de la santé.

'Attention, les sectes liées à la santé se multiplient'

© istock

"De plus en plus de petites communautés émergent un peu partout en Belgique autour de valeurs religieuses et s'intéressent principalement aux médecines alternatives", peut-on lire dans ce rapport. La lutte contre ces petits groupes est plus compliquée parce qu'il est difficile d'appréhender leur mode opératoire. Or, le CIAOSN estime que lorsque ces sectes échappent aux radars, elles peuvent constituer un danger, surtout lorsqu'elles s'intéressent à la médecine.

Le CIAOSN recommande d'investir davantage dans la prévention contre les sectes. "Les sectes profitent des personnes vulnérables et opèrent par exemple à proximité des écoles, des cimetières ou des hôpitaux. Nous devons essayer d'y faire quelque chose."

Nous encourageons les médecins à être attentifs aux agissements suspects de pseudo-thérapeutes et à prévenir le CIAOSN. Le journal du Médecin a publié plusieurs dossiers mettant en garde contre les dangers de la Biologie totale des êtres vivants, mise au point par Claude Sabbah, et la Nouvelle médecine germanique défendue par Ryke Geerd Hamer. Les généralistes et spécialistes intéressés par ces sujets peuvent demander à la bibliothèque du CIAOSN des bibliographies consacrées à la Nouvelle médecine germanique ou à la scientologie (fort active en psychothérapie). Une aide qui peut s'avérer précieuse.

De nombreuses demandes adressées au CIAOSN concernent des pratiques liées à la santé et au bien-être, au développement personnel. Le centre souligne que les thérapies et pratiques de bien-être, en tant que telles, ne sont généralement pas sectaires en elles-mêmes, "mais certaines peuvent être perçues négativement en raison de leur utilisation exclusive et, de facto, du rejet de la médecine classique qu'elles préconisent. Si ce n'est d'une exploitation financière frauduleuse. Elles posent aussi problème lorsque des thérapeutes ou praticiens du bien-être abusent de la vulnérabilité de personnes pour qui ils sont souvent devenus le 'dernier espoir'".

Nos partenaires