RDC: opération "coup de poing" contre les voyous de Kinshasa, surnommés les "kuluna"

26/11/13 à 17:57 - Mise à jour à 17:57

Source: Le Vif

(Belga) La police de Kinshasa a lancé une opération "coup de poing" pour combattre le banditisme de jeunes désoeuvrés, surnommés les "kuluna", auteurs de meurtres, d'agressions et de vols d'habitants de la capitale congolaise, a-t-on appris de sources concordantes.

L'opération "va se terminer le 15 février. Nous avons une cartographie des foyers criminogènes", a déclaré le colonel de police Pierre Mwana Mputu. Les "kuluna" arpentent les rues en groupe, sous l'emprise de drogue ou d'alcool. Ils dérobent avec violence des téléphones portables, sacs et bijoux. Ceux qui résistent risquent d'être victimes de coups portés parfois avec des machettes. Plusieurs habitants ont été tués dans ces violences. "Ce phénomène a pris de l'ampleur, c'est comme s'il n'y avait pas d'Etat", a expliqué le colonel Mwana Mputu, ajoutant que cette opération avait été ordonnée par le président Joseph Kabila qui souhaite "assainir la ville". Les habitants de Kinshasa, ville de quelque 10 millions d'habitants qui vivent dans une grande pauvreté dans leur grande majorité, ont été appelés à dénoncer les "kuluna", qui comptent dans leurs rangs des enfants de policiers et de militaires. Les enfants d'agents des forces de l'ordre ne seront pas épargnés, a promis le colonel Célestin Kanyama, qui dirige cette opération. "Si votre enfant est arrêté, le traitement sera identique à celui infligé aux civils", a-t-il martelé lors d'une tournée dans les casernes, menaçant les parents de poursuites judiciaires. Dans les rues de Kinshasa, des policiers, pour certains cagoulés, arrêtent les bandits, qui doivent ensuite être jugés. La télévision publique a diffusé des images montrant des dizaines de jeunes - dont des femmes - menottés à l'aide de tissu. Des habitants ont affirmé que la police avait tué plusieurs "kuluna", parfois devant leur domicile. Le colonel Mwana Mputu a formellement démenti ces accusations, et souligné que s'il y avait "dérapage" il y aurait des "sanctions". (Belga)

Nos partenaires