Plus de 9.000 enfants combattent au Soudan du Sud, selon l'ONU

30/04/14 à 12:23 - Mise à jour à 12:23

Source: Le Vif

(Belga) Plus de 9.000 enfants combattent dans les deux camps qui s'affrontent depuis mi-décembre au Soudan du Sud, a déclaré mercredi à Juba la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Navi Pillay. Adama Dieng, conseiller spécial de l'ONU pour la prévention du génocide, a répété par la même occasion que l'ONU "ne permettra pas" qu'un génocide similaire à celui de 1994 au Rwanda se répète au Soudan du Sud, où des massacres ethniques rappellent les affrontements entre Hutus et Tutsis.

Plus de 9.000 enfants combattent au Soudan du Sud, selon l'ONU

"Le secrétaire général Ban Ki-moon est très inquiet et fera en sorte que ce qui est arrivé au Rwanda ne se reproduise jamais ailleurs sur ce continent", a-t-il assuré, évoquant à l'issue de sa visite des "incitations à la haine" et des tueries "sur des bases ethniques" faisant craindre que le conflit ne dérape "dans une violence grave" incontrôlable. Selon Mme Pillay, 32 écoles sont aux mains des troupes des deux camps, une vingtaine de centres de soins ont été attaqués, de nombreuses femmes et filles ont été violées ou enlevées et des enfants sont morts dans des tueries de civils commises tant par l'armée que par les forces opposées. En-dehors des violences proprement dites, l'ONU a pu constater que le pays était au bord de la famine. Le responsable des opérations humanitaires des Nations Unies sur place, Toby Lanzer, avait appelé mardi à une trève d'un mois pour permettre les semailles. Les pourparlers destinés à trouver une issue politique au conflit ont repris lundi dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, après une interruption de près d'un mois. La médiation est assurée par l'Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad), une organisation sous-régionale est-africaine. L'origine des combats remonte à la mi-décembre. Les troupes loyales au président Salva Kiir et celles fidèles à Riek Machar s'affrontent depuis. Le chef de l'Etat avait accusé M. Machar de tentative de coup d'Etat. Ce dernier accuse lui-même M. Kiir d'avoir voulu se débarrasser de ses rivaux au sein du régime, issu de la rébellion sudiste ayant combattu Khartoum entre 1983 et 2005 et ayant mené à l'indépendance du Soudan du Sud en 2011. Un cessez-le-feu a été signé le 23 janvier mais n'a jamais été respecté. (Belga)

Nos partenaires