France et l'absentéisme: où est la démocratie dans tout cela ?

France et l'absentéisme: où est la démocratie dans tout cela ?

Jacques De Decker - Des bureaux de vote où des bénévoles dévoués attendent le chaland. Des images de ruées sur les plages où les citoyens se prélassent, laissant leur sort se jouer entre naïfs qui y croient encore. La gigantesque tragi-comédie que la France s'est jouée durant des mois (qui ont suffi à un enchanteur pour hypnotiser une nation et l'engager dans une nouvelle ère politique) s'est close sur ces images de désertion citoyenne manifeste. La question évidemment s'impose : et la démocratie dans tout cela ?

  •  

Attentats : Une menace djihadiste en mutation ?

Thomas Renard - "Homegrown terrorist". C'est le terme qu'utilisent les services de renseignement belges et européens pour décrire les individus qui commettent un attentat dans leur pays de citoyenneté ou de résidence. Comme à Londres ou Manchester. Comme à Bruxelles cette semaine, également.

La situation politique actuelle inquiète la Ligue des familles

Delphine Chabbert - Il reste deux ans à peine avant les prochaines élections. Deux ans pour faire aboutir des réformes essentielles au quotidien des familles. La Ligue des familles demande aux responsables politiques la formation des gouvernements wallon, bruxellois et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, avant le 21 juillet 2017.

Crise gouvernementale : ne laissons pas le moralisme remplacer la politique

François Schreuer - La séquence ouverte par le président du CDH témoigne, dans presque toutes les expressions auxquelles elle donne lieu, de l'installation, au coeur du logiciel politique commun, d'un lexique moraliste qui éclipse largement la question politique en tant que telle. Ebauchons-en l'inventaire.

Benoît Lutgen est-il un prestidigitateur ?

Renaud Duquesne - Décidément le monde politique francophone n'est pas avare en surprises. La dernière est l'éjection des majorités régionales et communautaires du PS par le CDH.

Le coup de poker du CDH isole le PS et ouvre le jeu francophone

Olivier Mouton - Coup de théâtre. Les humanistes, " dégoûtés ", lâchent les socialistes. Une majorité alternative avec les libéraux pourrait réveiller la Wallonie et Bruxelles. A moins que le chaos ne s'installe...

"Samusocial, Yvan Mayeur, etc : cher Georges Eugène Haussmann"

Thierry Bellefroid - Bien que propre à la Belgique, le mot maïoral - ou mayoral - est admis par le Larousse. Il qualifie ce qui a trait au maïeur, qu'en votre beau pays on appelle le maire. Mais le mot mayeurien, lui, n'entrera pas au dictionnaire.

"La société civile de Macron: une élite alternative plutôt qu'une contre-élite ?"

Gérald Papy - La société civile, comme tout acteur de la chose publique, est partisane. Spécialiste de La notion de société civile (titre de son livre paru en 2007 à La Découverte), le Belge Gautier Pirotte, professeur à l'ULg, a l'intelligence de souligner, dans l'hebdomadaire Le 1 que la société civile dans sa version macroniste "n'est pas l'héritière de mobilisations collectives, de mouvements de contestation, d'opposition ou de contrôle du pouvoir en place."

L'infidélité, un business juteux

Carte blanche - La nouvelle campagne publicitaire de Gleeden, le site Web qui commercialise l'adultère, se déploie depuis quelques jours dans les principales gares de Belgique. La réalité cachée derrière la pub est loin d'être reluisante...

Le mouvement "En Marche" de Macron peut-il faire des émules en Belgique ?

Renaud Duquesne - Beaucoup d'entre nous se posent la question de savoir si le phénomène Macron, avec son mouvement "En Marche", lequel a provoqué une recomposition inédite du paysage politique français peut trouver un écho sur le territoire Belge.

C'est le moment de... (re)lire Freud

David Engels - Le sentiment de malaise profond que ressentent, aujourd'hui, beaucoup d'Européens quand ils pensent à l'état actuel de notre civilisation, et qui les pousse à mettre en péril la stabilité (toute relative) de la société au profit d'expérimentations politiques les plus diverses, n'a finalement rien de très nouveau et semble relever d'un symptôme connu depuis quelque temps déjà au sein de notre monde occidental.

"Vous savez que vous êtes mort ? Le PS, c'est mort"

Thierry Fiorilli - C'était juste avant le premier tour des législatives françaises. A Paris, sur le marché de la place des Fêtes, dans le XIXe arrondissement, plutôt populaire. Une dame, retraitée, apostrophait Jean-Christophe Cambadélis. Sans faire de ronds de jambe, comme racontait France Info.

PSgate : Mettons fin à la gangrène qui pollue le politique

Etienne Dujardin - On croyait avoir vu le pire en 2005, mais non. Depuis, il y a eu Publifin et maintenant le scandale écoeurant du Samusocial. On nous avait promis le grand nettoyage, mais la chasse aux parvenus n'est jamais arrivée.

Suspectés parce que déjà suspects. Stop à la présomption de culpabilité !

Carte blanche - Dimanche 11 Juin 2017 à Bruxelles. Une fillette de 6 ans disparaît alors qu'elle accompagne son père au Marché de l'Abattoir à Anderlecht. Très vite, de nombreuses personnes se mobilisent dans le quartier, la commune, la ville à la recherche de la petite fille.

Le crépuscule du socialisme ?

Nicolas de Pape - Assistons-nous en France comme en Belgique à la fin du socialisme politique tel que né à la fin du 19e siècle ?

"Si Yvan Mayeur n'existait pas, Bart De Wever aurait dû l'inventer"

Bert Bultinck - "Le fait de se servir soi-même n'est pas une maladie exclusivement francophone", estime le rédacteur en chef de Knack Bert Bultinck. "En Flandre aussi, il y a encore assez d'agences et d'intercommunales qui doivent entreprendre un grand nettoyage".

C'est le moment de... (re)lire "Jonathan Livingston le Goéland"

François De Smet - Les francophones ont le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry ; les anglo-saxons ont Jonathan Livingston le Goéland. Le tout petit livre que fait paraître, en 1970, Richard Bach présente en effet quelques points communs avec le récit de l'insolent gamin aux cheveux d'or.

Le Roi est nu

Carte blanche - Le Parti Socialiste n'est pas en crise, souffle Laurette Onkelinx sur les ondes de la Première, alors qu'elle est appelée à commenter la démission fracassante d'Yvan Mayeur. Il traverse certes quelques secousses, rectifie-t-elle. On croit rêver. Ou plutôt, cauchemarder.

"L'Europe ne sera sociale que si les dirigeants nationaux le veulent vraiment"

Philippe Maystadt - A l'occasion des 60 ans du Traité de Rome, les chefs d'Etat et de gouvernement ont adopté la " Déclaration de Rome " ; ils y affirment que la réalisation d'une " Europe sociale " est une de leurs priorités. Encore faut-il voir comment cette belle intention va se traduire en réalités pour les citoyens européens.

Des poussettes contre la pollution de l'air

Carte blanche - Il y a aujourd'hui consensus pour dire que les niveaux de pollution observés dans la capitale mettent en danger la vie même de ses citoyens. Nos enfants sont les premières victimes de cette pollution.

"Peu d'entreprises belges sont à la recherche de travailleurs avec un handicap mental"

Carte blanche - Les employeurs belges font preuve d'engagement social, de flexibilité et de compréhension envers les employés désavantagés sur le marché du travail. Cependant, en raison du manque de connaissances, cette responsabilité sociale ne se traduit pas au niveau de l'emploi dans le circuit économique classique (CEC). Telle est la conclusion des responsables de ID@Work, le projet visant à créer un rapprochement entre les employeurs du CEC et des travailleurs avec un handicap mental.

Les parvenus n'ont donc rien compris!

Olivier Mouton - Yvan Mayeur, bourgmestre de Bruxelles, est politiquement mort après les révélations au sujet du Samusocial. Après Publifin, l'ISPPC à Charleroi ou Ores, voilà une nouvelle illustration d'un système coupé des citoyens...

Attentat de Londres : la deuxième mort du communautarisme

Gérald Papy - "Notre pays doit se rassembler. [...] Nous ne devons pas vivre comme des communautés séparées et ségréguées, mais comme un véritable Royaume-Uni ". Au lendemain de l'attentat de Londres, la Première ministre britannique Theresa May a eu des accents churchilliens pour prendre la mesure du choc qu'a provoqué parmi ses concitoyens cette vague terroriste inédite.

Le pronostic vital de la Belgique est engagé

Jules Gheude - Dans l'ouvrage " Onvoltooid Vlaanderen " (la Flandre inachevée) de Jan Seberechts, Bart De Wever, le président de la N-VA, présente son projet confédéraliste pour 2019.

Polémique "Hanouna": C'est le moment de... (re)lire "La chambre de Giovanni"

Myriam Leroy - "Mhmmm, j'aime bien les maçons. T'as une belle truelle ?" Le 18 mai, au lendemain de la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie (!), l'animateur d'une des quotidiennes les plus vues de France se lançait en direct dans un hallucinant canular téléphonique d'un autre temps, piégeant de jeunes gays qui croyaient répondre à une véritable annonce coquine.

Les "petites gens de maître Magnette"

Richard Miller - Non, Monsieur Magnette, les ouvriers ne sont pas des " petites gens ". Votre vocabulaire ne vient pas des galeries souterraines des ouvriers mineurs, mais des strates successives de la bourgeoisie dominante.

Emmanuel nous voilà!

Luc Delfosse - Si cela ne tenait qu'à moi, je choisirais le Luxembourg. Un peu par réalisme crasseux, beaucoup en souvenir d'une mère qui barbota dans l'Alzette. Ou alors l'Islande, Malte ou, soyons fous, Sao Tomé-et-Principe qui a un drapeau rigolo et un babil aussi exquis que le nôtre. Mais je sens bien que nous n'en finirions pas de nous mettre d'accord.

"Le conflit syrien n'en finit pas d'agir comme une bombe à fragmentation"

Christian Makarian - Le groupe Etat islamique vit-il ses derniers mois au Moyen-Orient ? En Irak, où se prolonge le siège de Mossoul, comme en Syrie, où se profile une phase décisive pour la prise de Raqqa (capitale revendiquée du groupe Etat islamique), la nécessité de défaire Daech par les armes a atteint un degré d'urgence.

"L'homme de l'avenir est celui qui aura la mémoire la plus longue"

Thierry Fiorilli - C'est l'un des grands paradoxes de l'époque : l'aspiration au changement s'amplifie, les références au passé explosent, mais sa connaissance se délite. La plupart des nouveaux dirigeants politiques, comme la plupart de leurs prétendants, exortent allègrement au retour des valeurs ou splendeurs d'antan. Là résiderait la modernité du pouvoir : revenir en arrière pour mieux aller de l'avant.

L'occupation israélienne: "un rappel constant que ton pays ne t'appartient pas"

Fiona Ben Chekroun - Cette semaine nous commémorons les 50 ans d'occupation de la Palestine par Israël. Cinquante longues années d'illégalité, d'injustice, d'impunité, de lutte, de résistance et d'espoir. A cela s'ajoute la commémoration des 10 ans du blocus de la bande de Gaza.

Climat : Trump joue son va-tout national-populiste. What did you expect ?

Carte blanche - Les États-Unis dénoncent l'accord de Paris sur le climat, annulent toutes les mesures décidées par les États-Unis en application de cet accord et se retirent du Fonds Vert pour le Climat. Telles sont les décisions majeures que Donald Trump a finalement annoncées, le jeudi 1er juin, après un long suspense.

Make America clever again!

Gérald Papy - Pour justifier son retrait de l'accord de Paris sur le climat, Donald Trump défend les emplois du passé et hypothèque les embauches d'avenir. Les Etats-Unis vont-ils perdre l'intelligence d'être à la pointe des nouvelles technologies?

"Cher Coluche, si tu voyais Hanouna..."

Thierry Bellefroid - Cher Coluche, vous permettez que je te tutoie ? De ton vivant, vous n'avez pas dû voussoyer grand monde. Et si je t'appelais par ton nom de scène ? Ce serait sans doute plus facile pour te tutoyer. Allez, je me lance.

Oui, le territoire est notre bien commun !

Philippe Henry - Avec l'accord de Paris sur le climat, les Etats se sont engagés à tout faire pour respecter un réchauffement global moyen de maximum 1,5°. Cela signifie que d'ici 2050, nos émissions nettes de gaz à effet de serre devront être ramenées à zéro.

Le nouveau dictionnaire politique

Philippe Defeyt - C'est la saison de rentrée des dictionnaires. De nouveaux mots, communs et propres, apparaissent, qui dans le Robert Illustré, qui dans le Larousse. Mais l'usage et le sens des mots changent aussi. Les spécialistes de la langue doivent en tenir compte.

Le renouveau à l'épreuve du cynisme

Gérald Papy - A quelle part de hasard et de mystère peut bien tenir la destinée d'un homme d'Etat ? C'est ce que l'on se disait le dimanche 14 mai en entendant le président du Conseil constitutionnel français Laurent Fabius proclamer Emmanuel Macron président.

Le CDH souhaite instaurer un service citoyen obligatoire

Bernard Devos - Depuis très longtemps, je suis très intimement persuadé que le volontariat, le service à la collectivité et la citoyenneté active sont des éléments constitutifs essentiels pour les jeunes, quels qu'ils soient.

"En ciblant l'Iran, Trump va-t-il répéter la même erreur que Bush avec l'Irak ?"

Gérald Papy - Le Bataclan à Paris, la discothèque le Pulse à Orlando, la promenade des Anglais à Nice, le marché de Noël à Berlin et, depuis lundi soir, la Manchester Arena... Lieux de partage et de fête, les théâtres de ces attentats perpétrés depuis deux ans par des extrémistes islamistes ne sont pas choisis au hasard.

Le "patriotisme" flamand est en marche

Joyce Azar - "Je ressens de la sympathie pour son esprit combatif." Par ces mots, le politologue de la VUB Jonathan Holslag justifiait sa décision de signer la préface du livre du président du Vlaams Belang.

C'est le moment de... (re)lire Karl Marx

David Engels - "Hegel remarque quelque part que tous les grands faits et les grands personnages de l'histoire universelle adviennent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d'ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce."

"Mais que se passe-t-il à Liège ?"

Carte blanche - Pourquoi les citoyens doivent-ils se battre pour leur propre patrimoine ? Entourée de magnifiques bâtiments, la place Saint-Lambert a été rasée ! Les bombardements des deux guerres, si violents à Liège, ne sont rien comparés aux carnages systématiques opérés par les autorités publiques, régulièrement élues !

Renouveau politique: "Changer, c'est d'abord réparer"

Thierry Fiorilli - Renouveau politique. Elus, électeurs et observateurs s'accordent sur ce qui semble désormais, ou pour l'instant, une nécessité. Renforcée par la victoire, en France, d'Emmanuel Macron.

C'est le moment de...(re)lire "Mafalda"

François De Smet - Nous sommes en 1964, en Argentine. Le dessinateur Quino fait paraître dans le quotidien Primera Plana sa bande dessinée Mafalda. Sous la forme de strips de trois ou quatre cases, Quino nous dépeint le quotidien d'une petite fille de la classe moyenne de Buenos Aires, de ses parents et de ses amis.

Les centres fermés ne rendront pas nos rues plus sûres

Carte blanche - Le gouvernement Michel a annoncé récemment une série de mesures visant à améliorer la sécurité. Il compte notamment augmenter le nombre de centres fermés, afin de passer à une capacité de 1 066 places (contre 600 à l'heure actuelle).

"Les progrès électoraux du FN me font penser à ceux du parti nazi..."

Philippe Maystadt - Madame Le Pen n'a pas été élue présidente. Ouf ! Grâce au débat télévisé qui a fait resurgir Le Pen sous le vernis de Marine, elle n'a pas obtenu les 40% annoncés. Re-ouf ! Mais elle a recueilli un nombre de voix largement supérieur aux scores antérieurs du Front national. Aïe !

Le stage citoyen, l'émancipation par la sensibilisation

Carte blanche - Dans le cadre de sa nouvelle campagne, la Fédération des Etudiants Libéraux innove et propose son Pacte pour un enseignement d'excellence. Une vision fondée sur des propositions neuves dans le but de permettre à chacun de trouver sa place, de s'épanouir. Pour nous, l'enseignement de demain doit constituer une porte d'entrée dans la société, dans le monde du travail et de la citoyenneté.

"Pour Macron, il faudra éviter le piège Obama"

Gérald Papy - Dans l'adhésion que suscite un dirigeant politique, il ne faut pas négliger - ni surestimer - la force des symboles. La solennité qui a présidé à la célébration au Louvre de la victoire d'Emmanuel Macron et la sobriété qui a marqué ses très studieuses premières journées d'après-élection ont démontré une grande maîtrise de la part du jeune président élu.

Publifin: La Wallonie en marche

Marie-Cecile Royen - Le rapport de la commission Publifin décrit un système assez généralisé d'estompement de la norme dans le chef des dirigeants de Publifin et de ceux qui les ont protégés. Une nouvelle génération wallonne bien formée, communicante, exigeante sur le plan éthique, émerge de cette tornade. De celle qui redonne de l'espoir.

"Toute ma pension part en médicaments: combien de temps cela va encore durer, madame De Block ?"

Peter Mertens - De plus en plus de Belges s'inquiètent de voir les médicaments toujours plus chers. Des médicaments qui coûtent chez nous de cinq à dix fois plus que chez nos voisins néerlandais. En guise de protestation, 400 Belges se sont rendus ce week-end dans la ville frontalière de Hulst, aux Pays-Bas, pour y acheter des médicaments.

C'est le moment de...(re)voir "Vacances"

Myriam Leroy - Selon la doxa politique dominante, le travail serait une valeur. Il serait vertueux en lui-même et s'en exclure ferait la preuve d'un refus de collaborer au bien collectif. Or, il n'y a plus de travail pour tout le monde et encore moins de travail salarié pour chacun.

Universités, pour le climat, désinvestissez des énergies fossiles !

Carte blanche - Le climat se réchauffe. Si on ne fait rien, le réchauffement pourrait atteindre plus de 4°C. Pendant ce temps, en Belgique, des milliards d'euros sont toujours investis dans les énergies fossiles, la cause première de ce réchauffement.

"L'Europe ne peut autoriser de référendum turc sur la peine de mort sur son territoire"

Hendrik Bogaert - Le président turc Erdogan souhaite organiser un référendum sur l'instauration de la peine de mort. À la grande insatisfaction de certains, dont le CD&V, les Turcs belges seront également consultés. Aussi le député Hendrik Bogaert appelle-t-il la Belgique et l'Europe à protéger les valeurs européennes et à réfléchir aux limites de la tolérance démocratique.

Entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, mon choix est fait

Jules Gheude - Marine Le Pen veut jeter le bébé avec l'eau du bain. Emmanuel Macron propose de retoucher le tableau pour le rendre plus attirant. Entre ces deux options, mon choix est fait. Je me suis toujours méfié des apprentis-sorciers.

Présidentielle française : l'Europe, sans hésiter

Carte blanche - Au soir du 23 avril, les partis traditionnels de la Vème République ont été balayés et les électeurs ont désormais à choisir entre deux candidats qui bousculent le système. Depuis, nos partenaires européens et le monde ont les yeux braqués sur la France ; ses 47 millions d'électeurs et son armée d'abstentionnistes.

Chasse à l'enfant

Selma Benkhelifa - Schaerbeek - ce matin 8h20 - à l'arrêt du tram 55, une dizaine d'agents de la STIB accompagnés de policiers en uniforme contrôlent les passagers du tram.

Frappez la gauche, il en restera toujours quelque chose...

Carte blanche - Le soir des élections du premier tour, on a assisté à la formation soudaine d'un choeur antifasciste homogène dans les médias et les officines politiques. Un choeur triomphant, capable aussi d'abattre sa colère sur quiconque faisait mine de détester Emmanuel Macron presque autant que Marine Le Pen.

"Le renforcement des pouvoirs des généraux dans l'entourage direct de Trump est saisissant"

Christian Makarian - Il y a d'abord l'effet recherché. Les Bachar al-Assad, les Kim Jong-un et tous ceux de leur engeance ont trouvé à qui parler. Un président américain qui montre ses biceps ; qui balaie les accusations d'isolationnisme ; en rupture totale - en apparence - avec son prédécesseur ; adepte de la méthode forte : "America".

"En Belgique, la responsabilité politique est un terme creux"

Hendrik Vuye et Veerle Wouters - Didier Reynders (MR) doit se justifier à la Chambre. C'est du spectacle, car en Belgique la responsabilité politique est un terme creux, affirment Veerle Wouters et Hendrik Vuye.

Comment dépanner l'Europe ?

Mark Eyskens - Le brexit, qui tout compte fait n'a été approuvé que par 36 % de la totalité des électeurs potentiels britanniques,a au moins pour effet bénéfique que beaucoup de dirigeants européens semblent acquis à l'idée qu'il faut transformer l'Union en une structure instititionnelle à plusieurs vitesses.

A la croisée des chemins : vers un bel avenir pour l'humain

Carte blanche - A l'aube du 21e siècle, plusieurs voies s'offrent à l'Humanité qui se voit confrontée à un choix majeur. Peut-être le plus important qu'une espèce douée d'intelligence puisse avoir à poser. En tant que membres de l'Humanité adolescente, l'heure est venue de nous demander quel adulte nous voulons devenir.

"Macron, ce bleu blanc-bec"

Jacques De Decker - Le quinquennat du président sortant se termine sur une énigme. En tout cas, après ces présidentielles, tout devra se jouer aux législatives, où la politique devra être ramenée sur terre et qu'elles se hâtent de remodeler rôle du président, comme à l'allemande ou à l'italienen.

"En France, il y a maintenant le devoir de rassembler"

Gérald Papy - A côté de l'incroyable ascension d'Emmanuel Macron, beaucoup commentée depuis sa victoire de dimanche dernier, l'autre événement du premier tour de l'élection présidentielle française est l'atonie qui a accueilli la forte progression du vote en faveur de l'extrême droite.

Macron en 2017, Le Pen en 2022

Nicolas de Pape - Victoire de Macron, mélange de Kennedy et de Sarkozy : l'épouse, Brigitte, bien mise en avant. Grosse limousine bien bling-bling. Costume à 5.000 boules (payé par lui-même on l'espère). Le petit Macron se voit-il un peu vite à l'Elysée ?

Soins de santé : le patient au centre des réformes

Carte blanche - Notre système de soins de santé est un des meilleurs d'Europe. Tout va bien dans le meilleur des mondes ? Certainement pas ! Notre système a besoin de réformes ? Sans aucun doute !

Au-delà de la béatification du banquier de Rothschild, Emmanuel Macron

Peter Mertens - En France, le renouveau ne viendra pas du banquier de Rothschild, Emmanuel Macron, pourtant porté aujourd'hui par tout l'establishment européen. Mais bien du résultat le plus surprenant de ce scrutin : la montée d'un projet de gauche, nouveau et frais, qui a séduit 20 % des Français.

C'est le moment de...(re)lire Ernst Jünger

David Engels - L'obligation de "résister" à une société oppressante n'appartient pas seulement au passé ou encore au futur, mais aussi et surtout au présent - voilà le dur apprentissage que le XXIe siècle nous a réservé.

J'étais avec des Français de Belgique pour le premier tour... et tout est vrai

Marina Laurent - Compliqué d'y assister. Une semaine avant le grand soir, l'ambassade ne prend même plus les appels. La candidate des Républicains (législatives) "ne sait pas si un rassemblement aura lieu" ou "peut-être devrait-il avoir lieu - quelle bonne idée ! - mais nous ne ferons sans doute rien" et "pas la peine de téléphoner aux Républicains à Bruxelles, car ils attendent ma décision à moi". Et comme elle ne sait pas ce qu'il convient de faire, c'est compliqué.

L'université, "paysage" sans couleurs ?

Carte blanche - C'est un vieux combat que les représentants étudiants mènent à Bruxelles et Louvain. Il s'agit de l'accessibilité des études. A tous.

Macron, fais pas le con !

Gérald Papy - A trop imaginer avoir course gagnée comme il en a donné l'impression dimanche soir, le candidat d'En marche ! s'expose et expose la France à un réveil douloureux. Si pas au second tour, en tout cas au terme de son éventuel mandat.

Macron vers l'Elysée

Gérald Papy - En devançant Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle, le candidat d'En marche ! est le favori à la succession de François Hollande. Un parcours exceptionnel à contre-courant de la contestation de la mondialisation et de l'Europe. Porte-parole de celle-ci, Marine Le Pen l'affrontera au second tour. Une élection historique : la droite et la gauche classiques sont promises à des rénovations douloureuses.

"La toute-puissance des formations politiques traditionnelles a vécu"

Thierry Fiorilli - Le 7 mai prochain, le visage qui se dessinera progressivement sur les écrans des chaînes télé françaises, à 20 heures, sera celui de Marine Le Pen, d'Emmanuel Macron, de François Fillon ou de Jean-Luc Mélenchon. Selon tous les sondages d'intentions de vote, depuis des semaines, seuls ces quatre candidats-là peuvent prétendre à l'Elysée.

Les ours polaires vont bien, merci !

Carte blanche - István E. Markó, professeur de chimie et chercheur à l'Université Catholique de Louvain, a rédigé un billet intitulé "Cette banquise Arctique qui n'en finit pas de fondre" [1]. Dans cette publication de décembre, le Prof. Markó remet en cause les impacts du réchauffement climatique, en limitant le débat aux questions de l'ours polaire et de la banquise Arctique.

Supprimer la double nationalité : une humiliation "intenable"

Nurten Aka - Plus de 75 % des Trucs/Turques de Belgique ont voté " oui " et cautionné le régime autoritaire du président turc Erdogan. Au lieu d'essayer de comprendre pour mieux résoudre cet électrochoc, certains parlent de supprimer la double nationalité. L'histoire de l'Immigration mérite mieux que ça. " À vaincre sans périls, on triomphe sans gloire ". C'est une enfant d'immigré(e)s qui n'a jamais eu envie de sa carte d'identité turque qui vous le dit. Témoignage.

Kazakhgate : panique dans la majorité ?

Thierry Denoël - La journée de ce mercredi 19 avril au sein de la commission d'enquête parlementaire " transaction pénale " a été particulièrement houleuse et révélatrice. De plus en plus gênée aux entournures, entre autre à cause du rôle du MR dans ce scandale d'Etat, la majorité veut tout faire pour mettre le couvercle sur le travail de la commission.

Privautés avec l'argent public

François-Xavier Druet - Les indignations croissent en nombre et en intensité face aux usages indélicats - c'est le moins qu'on puisse dire - de l'argent public. Malversations, corruptions, détournements, fraudes, magouilles... Même s'il ne faut pas prendre toutes les rumeurs pour argent comptant, les faits avérés et dénoncés sont assez nombreux pour provoquer un ras-le-bol scandalisé.

C'est le moment de...(re)lire "Le Village des 'cannibales'"

François De Smet - Nous sommes le 16 août 1870, dans le petit village de Hautefaye, en Dordogne. La guerre entre Napoléon III et la Prusse bat son plein. La ligne de front est loin, mais les premiers échos sont catastrophiques pour l'armée française. La paranoïa règne : le " Prussien " espion est craint, le républicain hostile à l'empereur aussi.