Olivier Chastel répond aux appels du CDH

03/11/14 à 15:36 - Mise à jour à 15:36

Dans un entretien accordé à La Libre, Olivier Chastel, président du MR, est revenu sur la proposition du CDH, formulée dans un premier temps par Benoit Lutgen, puis par Joëlle Milquet ce matin (La Libre), de mettre tous les partis du Sud du Pays autour de la table afin de discuter des matières fédérales et protéger l'intérêt des francophones, menacé selon leurs dires, par la faible position du MR au sein du gouvernement.

Olivier Chastel répond aux appels du CDH

Olivier Chastel, président du MR. © BELGA

Olivier Chastel s'étonne de cette demande, d'autant plus que, selon lui, les sujets évoqués (communauté métropolitaine pour Bruxelles, emploi des langues dans les matières administratives, etc.) ont une connotation communautaire. Non seulement il décrit comme paradoxales de telles propositions alors que le CDH dénonce depuis plusieurs semaines des aspects communautaires de l'accord de gouvernement, mais il insiste sur le fait que le gouvernement fédéral se focalise sur le socio-économique et qu'il n'y a donc aucune raison de discuter de telles thématiques entre francophones. Ce serait, selon lui, une véritable "provocation communautaire".

Par contre, le président du MR ne ferme pas la porte à de potentielles réunions entre francophones qui porteraient sur des matières socio-économiques. Il se dit tout à fait prêt à apporter sa "pierre à l'édifice" dans un tel dialogue, à condition que ce dernier ne porte pas sur l'institutionnel.

Il en profite également pour lancer une petite pique au CDH, justifiant les appels de pied du parti centriste par un "besoin d'exister" dans le paysage politique francophone, paysage se résumant depuis quelques semaines à une opposition PS-MR.

Nos partenaires