Magnette réfute tout "nivellement par le bas" dans l'enseignement

09/09/13 à 09:00 - Mise à jour à 09:00

Source: Le Vif

(Belga) Le président (faisant fonction) du Parti socialiste, Paul Magnette, a réfuté lundi "tout nivellement par le bas" dans l'enseignement au cours de la décennie écoulée, comme évoqué dimanche par le président MR, Charles Michel, lors des Estivales de son parti à Chevetogne.

Magnette réfute tout "nivellement par le bas" dans l'enseignement

"Ce n'est statistiquement pas vrai", a répliqué lundi M. Magnette interrogé sur Matin Première (RTBF). Il n'y a jamais eu autant d'élèves scolarisés, jamais autant d'enfants ayant réussi le certificat d'études de base (CEB), et jamais autant de jeunes inscrits dans l'enseignement supérieur, a-t-il notamment défendu. Sondé sur le récent livre-pamphlet de l'enseignant bruxellois Frank Andriat qui dénonce la dégradation des conditions de travail des profs, M. Magnette a relativisé son propos, estimant qu'il y a cent ans déjà des enseignants critiquaient la gestion de l'école. Il a toutefois reconnu que le rôle de prof était un "métier difficile", et qu'il convenait dès lors de le soutenir. Egalement interrogé sur les accusations de "Berlusconisation de la Wallonie" lancées par Charles Michel après le rachat des Editions de l'Avenir par l'intercommunale Tecteo, le président ff du PS a rappelé que la commune de Wavre (dont Charles Michel est bourgmestre, ndlr) siégeait au conseil d'administration de l'intercommunale, où tous les partis sont représentés. "Les administrateurs MR ont voté pour (ce rachat)", a souligné Paul Magnette. "Il y a eu unanimité des quatre formations politiques". L'acquisition du groupe de presse locale par une entreprise publique caractérisée par le pluralisme politique est "plutôt une bonne chose", a-t-il conclu. (Belga)

Nos partenaires