Lio de Janeiro

25/04/18 à 21:00 - Mise à jour à 14:00
Du Le Vif/L'Express du 26/04/18

Au bord du gouffre, Lio et Jacques Duvall ont su trouver refuge dans les mélancolies tropicales de Dorival Caymmi, géant de la musique populaire brésilienne. Samba triste !

Ils sont assis tous les deux sur la banquette du café Métropole, à Bruxelles. Elle, polar sur tee-shirt rayé ; cheveux noir de jais, entourant ce visage si familier. Elle parle, s'emballe, déborde : c'est Lio, telle qu'on la connaît. " Un peu énervante, un peu trop vivante ", comme l'a un jour décrite celui qui est assis juste à côté d'elle. Crâne rasé, et sourire en coin, Jacques Duvall se tient droit comme un I. Parolier en or, le " Contrebandier de la chanson " - pour reprendre le titre de sa bio -, ou encore l'" Expert en désespoir " - pour citer celui de l'un de ses derniers albums -, a des airs de pirate. Dans la cale de son rafiot, des trésors pour Alain Chamfort, Jane Birkin, Marie-France et, forcément, Lio. Cela va faire quarante ans que leurs chemins se croisent, se décroisent et se recroisent encore. Amis amor, ils ne sont jamais restés très loin l'un de l'autre.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires