M. Reynders chaleureusement accueilli dans la province du Bas-Congo

13/08/13 à 20:09 - Mise à jour à 20:09

Source: Le Vif

(Belga) La province du Bas-Congo (sud-ouest de la République démocratique du Congo) a réservé mardi un accueil chaleureux au ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, venu visiter deux des atouts du pays dans son développement économique, le port de Matadi et les barrages hydroélectriques d'Inga, tous deux situés sur l'impressionnant fleuve Congo.

M. Reynders chaleureusement accueilli dans la province du Bas-Congo

M. Reynders s'est rendu, au second jour de cette nouvelle visite en RDC, à Matadi, le chef-lieu de la province, qui abrite le principal congolais, en pleine réhabilitation, notamment grâce à un jumelage avec le port d'Anvers, lui aussi situé au fond d'un estuaire nécessitant un dragage permanent. Le port de Matadi est une installation vitale pour l'immense Congo et en particulier pour sa capitale, Kinshasa, une mégalopole de quelque dix millions d'habitants et traite quelque 90% du trafic non pétrolier de l'ouest du pays. M. Reynders a pu constater les travaux en cours pour rénover plusieurs quais, bâtis sur pilotis, mais dont la mise en service dépend certification (de la conformité et de la résistance) que le port d'Anvers doit réaliser en septembre. Mais ces travaux ont ralenti ces derniers mois, dans l'attente d'une possible privatisation - le groupe français Bolloré est candidat, tout comme le port d'Anvers dans le cadre d'un partenariar public-privé (PPP). Le chef de la diplomatie belge s'est aussi rendu à Inga, sur le site des gigantesques barrages hydroélectriques d'Inga I et II sur le fleuve Congo. Les quatorze groupes de ces deux centrales, mises en service en 1972 et 1982, d'une puissance totale de 1.780 mégawatts (MW), pourraient alimenter en électricité des régions entières de la RDC en plus des pays voisins (Zambie et Zimbabwe) acheteurs d'une partie de la production. Mais ils ne fonctionnent qu'à environ 46% de leur capacité. La RDC projette d'y construire la plus grande centrale hydroélectrique du monde, baptisée Grand Inga, en partenariat avec l'Afrique du sud, à partir d'octobre 2015. (Belga)

Nos partenaires