Le propriétaire des lions saisis à Fléron introduit une action en justice

20/05/14 à 18:15 - Mise à jour à 18:15

Source: Le Vif

(Belga) Le propriétaire du cirque Franco Canadien va introduire un recours en extrême urgence pour récupérer les 4 lions qui ont été saisis lundi par le service d'inspection du bien-être animal.

Le propriétaire des lions saisis à Fléron introduit une action en justice

Simon Dubois, le propriétaire du cirque français installé à Fléron depuis le 10 mai, explique que le SPF Santé publique et le service d'inspection du bien-être animal avaient procédé à une saisie conservatoire de ses quatre lions il y a deux mois, alors qu'il était en représentation à Flémalle. Un premier avertissement, le pressant de trouver une solution puisqu'une loi entrée en vigueur en mars dernier interdit la présence des animaux dits sauvages dans les cirques. Simon Dubois affirme avoir trouvé un acheteur et avoir reçu, le 15 mai, une promesse d'achat. "Mais on ne vend pas des lions comme des chiens, il faut que l'acheteur trouve toutes les infrastructures, ce qui prend du temps", a-t-il détaillé lors d'une conférence de presse mardi. Il a intenté un recours en extrême urgence auprès du tribunal de première instance. Il demande à récupérer ses lions "parce qu'ils sont malheureux là où ils ont été transportés" et assure qu'ils seront placés dans une famille transitoire en France en attendant d'être rachetés. Il reconnaît que ses spectacles en Belgique intégraient toujours les lions, non pas par provocation mais "parce qu'ils avaient besoin de se dépenser et que c'était pour eux un jeu". Il estime qu'il serait "criminel" de placer les félins dans un "sanctuaire africain", comme l'envisage le SPF Santé publique. "Ils n'ont jamais rien connu d'autre que la captivité, ils sont nés en captivité depuis des générations, ils seraient incapables de se nourrir, seraient rejetés par les autres et finiraient par mourir, ou ils seraient tués lors d'un safari", conclut-il. Quatre recours en suspension et en annulation ont été introduits auprès du Conseil d'Etat et de la Cour constitutionnelle par un ensemble de cirques et par l'asbl Andibel, qui défend les intérêts des commerçants travaillant avec des animaux. (Belga)

Nos partenaires