Le parti du Cavaliere mord la poussière en Sicile

11/06/13 à 19:04 - Mise à jour à 19:03

Source: Le Vif

(Belga) L'ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi et son parti Peuple de la Liberté (PdL, centre droit) ont encaissé une nouvelle défaite lors des élections municipales en Sicile, après plusieurs dans le pays. Les résultats pour l'île italienne ont été publiés mardi et attestent que le parti conservateur du Cavaliere a perdu les élections municipales dans les provinces de Catane, Syracuse, Messine et Raguse. Comme sur le continent, la victoire est majoritairement attribuée aux candidats du Parti Démocrate (PD) de centre gauche auquel appartient le nouveau chef du gouvernement Enrico Letta.

Le parti du Cavaliere mord la poussière en Sicile

Le quotidien Il Giornale, qui appartient pourtant à l'empire médiatique du Cavaliere, a expliqué les résultats déplorables par l'absence de Berlusconi et a notamment titré "No Silvio, no Party" et "Sans Berlusconi, la gauche l'emporte partout". Le journal Libero, bien que de tendance pro-Berlusconi, écrivait aussi que le parti a choisi le mauvais candidat et qu'il serait temps de donner un coup de jeune au PdL. Berlusconi n'a pas encore réagi à ces résultats plutôt surprenants au vu des sondages d'opinion selon lesquels le Parti de la Liberté était devenu le plus important du pays, mais plusieurs quotidiens ont avancé que l'homme politique et magnat de la presse préparerait une réorganisation du parti avec d'autres membres, en vue de possibles élections anticipées en octobre, et envisagerait de mettre un terme à la coalition du gouvernement entre son parti et le Parti Démocrate. Si ce scénario s'avérait réel, Silvio Berlusconi, qui qualifie systématiquement les jugements qui lui sont défavorables de vengeance de la part des "juges rouges", pourrait être déclaré coupable lors de futurs procès à son encontre. Vendredi, Berlusconi a toutefois rejeté ces suggestions mais a prévenu que son soutien au gouvernement dépendrait de la bonne volonté d'Enrico Letta de "forcer" l'Allemagne à desserrer les politiques économiques de la zone euro. (Belga)

Nos partenaires