Le Centre pour l'égalité des chances veut un plan interfédéral de lutte contre le racisme

20/05/14 à 16:02 - Mise à jour à 16:02

Source: Le Vif

(Belga) Le Centre interfédéral pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme et les discriminations appelle les prochains gouvernements à réaliser un plan interfédéral de la lutte contre le racisme. "Tous les indicateurs montrent combien le degré de participation des personnes étrangères ou d'origine étrangère au marché du travail est faible et combien la société belge reste peu inclusive", explique le président du Centre, Jozef De Witte.

Le Centre pour l'égalité des chances veut un plan interfédéral de lutte contre le racisme

Le monitoring socio-économique réalisé par le Centre en 2013 révèle notamment que le taux d'emploi des hommes d'origine étrangère (54,9%) est de 23,4% inférieur à celui des hommes d'origine belge (78,3%). "La situation est particulièrement plus difficile pour les femmes", commente Patrick Charlier, directeur adjoint du Centre. Le taux d'emploi des femmes d'origine étrangère dépasse ainsi à peine les 40%. La question du logement pose également problème, selon le Centre interfédéral. "Le Baromètre de la diversité du logement montre que les personnes d'origine étrangère et celles qui bénéficient d'allocations sociales ou qui disposent de revenus modestes sont particulièrement discriminées sur le marché du logement", indique Patrick Charlier. Au cours d'une expérience menée par le Centre, quelque 42% des agents immobiliers contactés ont ainsi accepté d'écarter les candidats locataires d'origine étrangère à la demande du bailleur. "La racisme se 'dit' moindre aujourd'hui. Et lorsqu'il s'exprime explicitement, il fait généralement face à une levée de boucliers de la part d'individus et de la société civile", relève le Centre. La discrimination continue cependant de se manifester de manière plus insidieuse, donc plus difficile à combattre. "Afin d'y parvenir avec succès, les pouvoirs publics fédéraux, les autorités régionales et les Communautés, ainsi que les autorités locales ont tout intérêt à se concentrer sur une stratégie commune, une approche conjointe. Ils réaliseraient ainsi une promesse faite juste après la conférence mondiale contre le racisme de Durban en 2001, réitérée maintes fois, mais jamais réalisée", conclut Patrick Charlier. (Belga)

Nos partenaires