")})}else Q(t)?t.top.open(e,n):t.location.assign(e)}function P(t){t.style.setProperty("display","inherit","important")}function J(t){return t.height<1}function W(t){return 0==t.offsetHeight}function k(t,e){var n="";for(i=0;i=2)){var o=n.getBoundingClientRect();if("undefined"==typeof n.width)var r=n.offsetHeight,d=n.offsetWidth;else var r=n.height,d=n.width;if(0!=r&&0!=d){var u=o.left+d/2,c=o.top+r/2,l=e.documentElement,p=0,f=0;if(t.innerWidth&&t.innerHeight?(p=t.innerHeight,f=t.innerWidth):!l||isNaN(l.clientHeight)||isNaN(l.clientWidth)||(p=e.clientHeight,f=e.clientWidth),0<=c&&c<=p&&0<=u&&u<=f){if(t.uabAv[i]++,t.uabAv[i]>=2){var s=function(){};L(a,s,s),t.clearTimeout(t.uabAvt[i])}}else t.uabAv[i]=0}}}t.UABPdd=I;var q=O("head"),X=null;navigator.userAgent.search("Firefox")==-1&&(e.addEventListener?e.addEventListener("DOMContentLoaded",G,!1):e.attachEvent&&e.attachEvent("onreadystatechange",function(){"complete"===e.readyState&&G()})),t.addEventListener?t.addEventListener("load",G,!1):t.attachEvent&&t.attachEvent("onload",G),t.addEventListener?t.addEventListener("addefend.init",G,!1):t.attachEvent&&t.attachEvent("addefend.init",G)}(window,document,Math); /* 8b8d3f43ce757a6128ceba6c64535a54 */

La Centrafrique est comparable à l'avant Srebrenica

28/02/14 à 12:09 - Mise à jour à 12:09

Source: Le Vif

(Belga) Le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a appelé vendredi à augmenter les forces internationales en Centrafrique, estimant que la violence y était comparable à celle qui avait précédé le massacre de Srebrenica dans l'ex Yougoslavie.

"Cela me rappelle Srebrenica, la violence est aussi forte", a déclaré lors d'un point presse Philippe Leclerc, en charge pour le HCR de la protection des civils en Centrafrique. A Srebrenica, 8.000 hommes et garçons musulmans avaient été tués par les troupes des Serbes de Bosnie en juillet 1995. "Un nettoyage ethnico-religieux est en cours, ciblant les musulmans. Les gens sont pris au piège en essayant de sauver leur vie - c'est quelque chose dont nous avons été témoins", a dénoncé M. Leclerc. En Centrafrique, la minorité musulmane est la cible de violences de milices à majorité chrétienne formées dans un premier temps pour lutter contre les exactions de la rébellion à dominante musulmane qui avait pris le pouvoir l'an dernier. "La réponse militaire est la plus indispensable", a-t-il souligné, expliquant que s'il y avait plus de forces internationales "il y aurait moins de violations des droits de l'homme et moins de raison (pour les civils, ndlr) de fuir". Le responsable onusien a expliqué que le HCR tentait de mettre en place des processus de médiation pour éviter que les gens fuient. Mais, a-t-il dit, ce n'est pas toujours possible et l'ONU est parfois obligé d'évacuer des populations. Le président français François Hollande était vendredi à Bangui pour afficher son soutien aux soldats français engagés en Centrafrique et qui sont confrontés selon Paris à des "difficultés considérables" pour enrayer les violences interreligieuses attisées par un climat de haine. (Belga)

Nos partenaires